Gilets jaunes: "je n'ai jamais appelé à quelque violence que ce soit" répond Marine Le Pen

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 24 novembre 2018 - 14:22
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Marine Le Pen, le 8 octobre 2018
Crédits
© Alberto PIZZOLI / AFP/Archives
Marine Le Pen, le 8 octobre 2018 à Rome
© Alberto PIZZOLI / AFP/Archives

Marine Le Pen a déclaré samedi qu'elle n'avait "jamais appelé à quelque violence que ce soit" après des heurts à Paris entre les forces de l'ordre et des "gilets jaunes", répondant au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui l'a accusée d'avoir appelé à manifester sur les Champs-Elysées.

"J'ai interrogé le gouvernement vendredi pour connaitre les raisons pour lesquelles les gilets jaunes ne pourraient pas manifester sur les Champs-Elysées. Je n'ai évidemment jamais appelé à quelque violence que ce soit", a affirmé sur LCI la présidente du Rassemblement national (RN, ex FN).

"Depuis le début de ce mouvement, on a le sentiment que le gouvernement organise la tension et quand le gouvernement a cette volonté, il y arrive", a ajouté la finaliste de la présidentielle 2017.

Quelques minutes auparavant Christophe Castaner avait dénoncé les heurts sur les Champs-Elysés menés selon lui par des "séditieux" d'ultradroite qui "ont répondu à l'appel de Marine Le Pen". "Sur Paris on voit une évolution, à l'appel de Marine Le Pen, qui avait invité les manifestants à venir sur les Champs-Elysées", a-t-il dit lors d'un point presse.

"M. Castaner se comporte de manière tout à fait indigne", a estimé Mme Le Pen. "Il est là dans la posture du petit politicien qui cherche à tirer un bénéfice de ce qui se passe".

"Pourquoi a-t-il laissé les gilets jaunes manifester sur les Champs-Elysées pour, après, les en déloger avec des moyens qui ne peuvent que susciter des tensions?", a demandé la dirigeante d'extrême droite, qui soutient les "gilets jaunes" mais n'a pas personnellement manifesté.

Sur BFMTV, elle a accusé le ministre de faire d'elle un "bouc émissaire". "Peut-être pour détourner l'attention du refus d'écoute du gouvernement, (...) de répondre à des préoccupations qui sont essentielles qui sont des préoccupations de souffrance de la part du peuple français qui n'arrive plus à faire face à la politique qui est menée par Emmanuel Macron", a-t-elle déclaré.

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don