Une étude américaine souligne les bienfaits de l'orgasme masculin contre le cancer de la prostate

Une étude américaine souligne les bienfaits de l'orgasme masculin contre le cancer de la prostate

Publié le :

Jeudi 21 Mai 2015 - 10:44

Mise à jour :

Jeudi 21 Mai 2015 - 10:48
Une étude menée pendant 18 ans par la prestigieuse université américaine d'Harvard est formelle: les hommes éjaculant régulièrement voient leurs risque de souffrir d'un cancer de la prostate chuter.
©Richard Foster/Flickr
PARTAGER :
-A +A

Une bonne manière pour ces messieurs de lever leurs inhibitions, voire de justifier quelques demandes de faveurs: selon une étude réalisée par des chercheurs de la prestigieuse université américaine d’Harvard, les hommes qui ont régulièrement des orgasmes voient leurs risques de développer un cancer de la prostate fortement diminués.

L’étude a suivi pendant 18 ans 32.000 hommes en bonne santé. Parmi eux, au fil des années, 3.839 ont finalement développé un cancer de la prostate. Or, en s’attachant tout au long de l’étude à la fréquence des éjaculations, les chercheurs ont constaté un lien direct entre le nombre d’orgasmes et la probabilité de survenue dudit cancer, y compris en prenant en compte d’autres facteurs comme le régime alimentaire, le mode de vie ou les antécédents familiaux. Concrètement, selon les chercheurs, un homme qui éjacule au moins 21 fois par mois voit son risque de cancer de la prostate baisser de 22%. Un chiffre non négligeable puisque la prostate est à l’origine de 15% de l’ensemble des cancers masculins.

Mais si l’étude montre clairement le lien entre éjaculation et cancer de la prostate, les raisons médicales, elles, restent encore floues. Plusieurs théories ont été élaborées pour expliquer les bienfaits de l’orgasme masculin contre cette maladie. Une première supposition avance que l’éjaculation permet d’évacuer les éléments chimiques potentiellement cancérigènes présents dans la prostate. Une autre explication pourrait être que l’éjaculation encourage le renouvellement cellulaire, et réduit donc le nombre de cellule plus "âgées" plus facilement susceptibles de devenir cancéreuses.

Selon les chercheurs, le seuil de baisse notable de survenue du cancer est fixé à 21 éjaculations mensuelles


Commentaires

-