Hénaff, 100 ans de cochon de caractère

Hénaff, 100 ans de cochon de caractère

Publié le :

Mercredi 04 Mars 2015 - 16:50

Mise à jour :

Jeudi 12 Mars 2015 - 00:31
Cette année, la célèbre conserve bleue et jaune estampillé "Le pâté Hénaff" fête son centenaire. Exportant dans plus de 60 pays, l’entreprise, un des leaders de l’industrie alimentaire bretonne, a encore de beaux jours devant elle.
©DR
PARTAGER :
-A +A

On associe bien souvent la célèbre conserve bleue et jaune de pâté à l’entreprise fondée par Jean Hénaff, un paysan breton en 1907. Pourtant la première activité de la conserverie fut basée sur les petits pois et les haricots verts produits dans la région.

Comme l’explique à FranceSoir.fr Loïc Hénaff, arrière-petit-fils et actuel président de la société, "Jean Hénaff espérait ainsi lutter contre l’exode rural qui touche le Pays Bigouden (sud du Finistère, NDLR) à cette époque en créant des emplois et une activité susceptible de faire vivre la production agricole locale". La société est basée dans la petite commune de Pouldreuzic près de Quimper. L’usine de production, désormais modernisée, n’a jamais quitté le village finistérien.

En 1915, l’activité croît et le produit-phare de l’entreprise, le pâté de porc, est mis sur le marché. Cette création culinaire résulte de l’association de morceaux de porc (y compris les parties nobles comme le jambon et le filet) à un mélange d’épices unique (la recette de ce mélange n’est connue que de près peu de personnes encore aujourd’hui), le tout conditionné dans la désormais célèbre conserve bleue et jaune.

Depuis, le produit n’a pas changé, "c’est justement ce qui fait sa force: sa composition particulière le fait entrer dans plusieurs cases du code des usages de la charcuterie, c’est autant une terrine supérieure qu’un pâté de jambon", précise Loïc Hénaff.

La Marine le recrute

L’engouement pour la petite boîte de pâté va démarrer dans les années 1920, lorsque Charles Thomas, commissaire de la Marine nationale, passe commande de pâté Hénaff auprès de l’entreprise afin de nourrir les équipages de la flotte, composée à forte proportion de Bretons. Le succès est immédiat et va contribuer à la renommée de la marque.

L’engouement de la Royale pour la petite conserve ne s’est pas démenti de nos jours puisqu’elle en commande toujours. "Le pâté Hénaff fait même partie de la cantine habituelle des sous-marins nucléaires français", confie, amusé, Loïc Hénaff.

Le pâté Hénaff va peu à peu gagner ses galons de "pâté du mataf" (prononciation argotique de matelot), aussi bien sur la marine de guerre que sur la commerciale ou dans les navires de pêche. "C’est clairement le pâté des marins, bretons principalement, qui l’ont emporté partout dans le monde. Quelque part, ils se le sont appropriés. C’est un petit morceau de Bretagne qu’ils emportaient avec eux, au-delà de ses qualités gustatives et de conservation. Je me plais à dire que le pâté Hénaff, c’est le doudou des Bretons".

Ancrage régional

L’ancrage régional de l’entreprise est l’un des particularismes de la conserverie. "Les porcs que nous utilisons pour faire nos produits proviennent de notre département, et ce depuis toujours. L’exploitation de notre principal fournisseur se situe à 4 kilomètres de l’usine, c’est pour nous une grande fierté de travailler avec des producteurs locaux", précise Loïc Hénaff.

De même, les conserves qui servent à emballer les produits sont fabriquées dans l’usine Franpac de Douarnenez à une quinzaine de kilomètres de Pouldreuzic, un partenariat qui dure depuis plus de 80 ans. "Quelque part, notre destin et celui de nos fournisseurs sont liés. Cultivez notre ancrage régionale nous rend très fiers". 

L’autre particularité qui caractérise la société Hénaff, c’est sa continuité familiale. De Jean à Loïc Hénaff, quatre générations se sont succédé à la tête de l’entreprise. Une notion très importante pour Loïc Hénaff, qui voit cela comme un avantage: "les entreprises familiales sont plus à même de faire face aux moments difficiles, les gens sont plus solidaires entre eux. L’attachement à nos valeurs est primordial pour nous, nous nous devons de soutenir nos fournisseurs quand ceux-ci font face à des difficultés. Cela nous rend moins impersonnels pour nos clients".

Vers l’infini…

En 2013, le chiffre d’affaires de l’entreprise, qui emploie 218 salariés, est de 42,6 millions d’euros. Le catalogue de l’entreprise, leader sur le marché du pâté et de la rillette en conserve en France depuis plus de 10 ans, comporte plus de 300 produits différents. Cela va du célèbre pâté (35 millions de boîtes produites par an et 39% du CA) aux plats cuisinés (tomates farcies, hachis parmentier) en passant par les saucisses fraîches sous vide (leader dans l’Ouest de la France).

En décembre 2013, Hénaff s’est même lancée à la conquête de l’espace. En effet, la conserverie bretonne a été choisie par la NASA pour confectionner, en partenariat avec le chef étoilé Alain Ducasse, les plats de fête servis sur la Station Spatiale Internationale (ISS). Cette fois-ci, il n’est plus question de pâté mais de confit de canard, homard breton, céleri rave en purée... 

Une décision favorisée par le fait qu’Hénaff est la seule entreprise française à détenir l’autorisation américaine d’importer des conserves alimentaire à base de viande. Une véritable fierté pour la PME bretonne, qui ne compte pas s’arrêter là puisque, comme le dit Loïc Hénaff, "nous rêvons aussi du jour où le pâté Hénaff lui-même prendra la navette!".

Le vendredi 27 février 2015, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian s'est rendu à l'usine de production d'Hénaff, l'entreprise étant l'un des principaux fournisseurs de l'armée française en denrées alimentaires. "La gamme de produits fournie par l'entreprise Hénaff répond parfaitement à notre charte de qualité, j'ai pu m'en rendre compte en visitant les locaux", garantit Jean-Yves Le Drian. Et d'ajouter: "la semaine dernière, j'étais en visite dans un camp militaire français à la frontière libyenne. En déjeunant avec les soldats, j'ai mangé des produits Hénaff".

 

Une publicité Hénaff de 1920.


Commentaires

-