Manger de la viande qui n’en est pas: tour d’horizon des nouvelles possibilités

Flexitarisme

Manger de la viande qui n’en est pas: tour d’horizon des nouvelles possibilités

Publié le :

Mercredi 27 Juillet 2016 - 17:13

Mise à jour :

Samedi 08 Octobre 2016 - 11:03
Pour des raisons de bien-être animal, de santé et d'environnement, de plus en plus de Français seraient prêts à réduire leur consommation de viande, à devenir "flexitariens". "FranceSoir" vous guide à travers de nouvelles saveurs comme celles de la viande végétale si vous souhaitez franchir le pas...
©Wikimedia Commons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La mode est au "flexitarisme", ce mot n’est pas encore dans le dictionnaire mais est bien rentré dans le langage courant alimentaire. Le concept vient paradoxalement des Etats-Unis, pays du fast food, et cela consiste tout simplement à réduire sa consommation de viande et à manger de manière plus éthique le reste du temps. 

Les raisons qui poussent de plus en plus de gens à adapter cette démarche sont d’abord de santé (il est maintenant reconnu que manger de la viande tous les jours n’est pas bon pour le corps), mais aussi pour des raisons environnementales et surtout pour le bien-être animal, de plus en plus menacé comme le montrent les caméras cachés en abattoir de l'association L214.

On compte seulement 3% de végétariens en France mais 27% des Français se disent prêts à manger moins de viande. Dans un pays où la culture de la viande animale est très forte et où beaucoup de plats traditionnels sont basés dessus, il est difficile de faire accepter cette idée de flexitarisme sans être estampillé de l’étiquette "bobo". De plus, les Français auraient du mal à se séparer de leur bœuf bourguignon car ils savent qu’ils ne retrouveront pas cette saveur.

Mais aujourd’hui, que ce soit en Allemagne, aux Pays Bas ou aux Etats-Unis, les marques ne cessent d’innover pour proposer à leurs clients des produits avec des effusions de goûts pour ravir les papilles, tout en restant végétarien. Fini le temps où les végétariens, vegans ou autres flexitariens devaient se contenter d’une galette de soja et de quelques céréales. Certaines entreprises, inspirées des Etats-Unis, ont réussi à inventer des viandes mais non-animales. Et le goût et la texture se rapprocheraient étonnament de la viande originale… Avec la démocratisation de ce phénomène, des enseignes de la grande distribution comme Carrefour s’y intéressent aussi.

C’est le cas de la marque Viana qui propose du steak haché pour faire de la bolognaise à étaler sur ses pâtes. La demi-livre coute 3,49 euros. La marque propose aussi différents steaks à base de tofu et maïs, certains au style bavarois, d’autres au style africain pour 2,99 euros. Ce dernier contient par exemple de l’épeautre, de l’avoine, du tofu, des oignons frits et des carottes dans le steak.

Wheaty est une marque allemande de produits vegans et biologiques qui a décidé de s’orienter uniquement vers la viande végétale. Pour environ 2,30 euros, il est possible d’obtenir de la charcuterie comme du chorizo, du salami contenant chacun une quinzaine de tranches. Le salami par exemple, composé d’huiles de tournesol, d’oignon, de poivron et d’épices, a été séché à l’air. Le chorizo a été testé et adopté par des internautes: "On a adoré! Un régal!", "Très bon et proche de l’original. Texture et goût fidèle à l’original, je dirais même que le goût dépasse celui de l’animal".

La grande spécificité de Wheaty, c’est son kebab végétarien. Les 200 grammes coûtent 3,99 euros cela peut être un bon remplacement pour les adeptes des kebabs ou des gyros. Wheaty propose beaucoup de recettes, de plats, d’entrées ou de desserts pour retrouver une gastronomie goûtue et bonne pour la santé tout en laissant la viande animale de côté un moment.

La Boucherie Végétarienne, située place d'Aligre à Paris, est dans la même approche que Wheaty car elle vend de la viande végétarienne mais a aussi un chef cuisinier qui prépare des burgers végétariens (avec des frites), des nuggets de poulet sans poulet. Le menu basique à déguster sur place est à environ 11 euros et il comprend le burger, les frites (ou salade ou caviar d’aubergine). La boucherie sans viande livre aussi à domicile pour les Parisiens et les habitants de proche banlieue (92, 93, 94…).

Les Allemands sont les pionniers du genre et Soto fait partie de leurs marques, par ailleurs très originale. Elle offre une large gamme de produits végétariens tout en ne cherchant pas à ressembler à de la viande. Le wrap "chou amande curry" est à 2,10 euros, les étoiles gourmandes aux carottes, riz, tofu, épeautres et graines de tournesol à 3,35 euros, les bouchées de falafel sont à 3,40 euros et les empanadas sont à 4,40 euros. Tous leurs produits sont issus de l’agriculture biologique.

Tous les produits présentés ci-dessus sont disponibles dans les magasins biologiques spécialisés comme Naturalia, Bio c’bon, Biocoop ou sur Internet. Mais ces magasins sont malheureusement encore trop souvent situés en centre-ville. C’est pourquoi Carrefour a aussi décidé de se lancer dans l’aventure "veggie" en lançant une gamme de galettes, falafels, nuggets végétariens aux goûts variés. Les nuggets sans poulet mais au blé et à l’oignon sont vendus à 2,40 les 200 grammes. 

 

 

Certains steaks végétariens reproduisent si bien la viande animale que la différence est à peine visible.

Commentaires

-