"Nuit du doute": bientôt une date de début pour le Ramadan

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 29 avril 2019 - 19:33
Image
La grande Mosquée de Paris en 2017 au début du ramadan
Crédits
© BENJAMIN CREMEL / AFP/Archives
Le CFCM décidera dimanche 5 de la date du début du Ramadan lors de la Nuit du doute.
© BENJAMIN CREMEL / AFP/Archives

Le CFCM décidera samedi 4 mai de la date du début du Ramadan lors de la "Nuit du doute". En fonction de l'observation de la Lune, le mois sacré de l'islam pourrait débuter dimanche 5 ou lundi 6. 

Les fidèles musulmans français attendent la décision avec impatience. Le Conseil français du culte musulman a fixé à sameid 4 mai la date de la "Nuit du doute" qui doit fixer le début du Ramadan, le mois sacré de l'islam.

La date du Ramadan est traditionnellement définie lors de la "Nuit du doute" afin de voir si le croissant de Lune, indiquant le changement de mois dans le calendrier lunaire, est visible (ce qui indique le début du Ramadan) ou pas (ce qui indique qu'il faut encore attendre un jour). Ainsi, le mois sacré pourrait débuter soit dimanche 5 mai soit lundi 6. Il devrait s'achever autour du mercredi 5 juin. Cette méthode s'appuie sur un hadith (commentaire des enseignements du prophète Mahomet): "Ne jeûnez que lorsque vous verrez le croissant lunaire et ne rompez le jeûne que lorsque vous le verrez aussi".

Le Conseil théologique musulman de France avait pour sa part communiqué, dès le 22 mars dernier, sur une date théorique de début: il s'agit du lundi 6 mai. Une date estimée sur la base des calculs astronomiques, l'une des deux méthodes d'identification mais qui n'est pas reconnue par la majorité des fidèles français qui lui préfère la méthode traditionnelle d'observation.

Lire aussi – Début du ramadan, dans un climat politique toujours tendu sur l'islam

Durant le Ramadan, un des piliers de l'islam, les croyants sont invités à s'abstenir de boire, de manger et d'avoir des relations sexuelles, de l'aube - dès que l'on peut "distinguer un fil blanc d'un fil noir" dit le Coran - jusqu'au coucher du soleil.

Le jeûne est prescrit aux musulmans pubères, mais des dispenses sont prévues pour les voyageurs, les malades, les personnes âgées, les femmes enceintes ou venant d'accoucher. Des compensations sont possibles pour les personnes empêchées ou dispensées (jeûne effectué ultérieurement, dons aux nécessiteux...).

Dans une quête d'ascèse et de purification, le fidèle peut méditer le Coran, participer à des veillées de prière et se montrer généreux avec les plus démunis.

Voir:

Ramadan 2018: que manger et comment à l'heure de rompre le jeûne

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.