Alain Juppé: "La société française a besoin d’un homme qui la rassure"

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 28 août 2016 - 14:25
Image
Alain Juppé à son meeting de Chatou le 27 août 2016.
Crédits
©Lionel Bonaventure/AFP
"La modération ça n’est pas facile" explique le favori des sondages pour la primaire de la droite.
©Lionel Bonaventure/AFP
Alain Juppé était l'invité dimanche matin du "Grand Rendez-Vous" sur Europe 1 - i>Télé. Il a réaffirmé un positionnement rejetant "l'agitation", et se veut un candidat qui "rassure".

> Sur son positionnement en tant que candidat face aux polémiques du moment

"L’autorité ça n’est pas l’agitation, voilà ma réponse".

"La modération ça n’est pas facile, c’est extrêmement difficile de garder son sang-froid et de proposer des solutions équilibrée".

"La société française a besoin d’un homme qui la rassure".

 

> Sur le burkini

"Je désapprouve formellement les tenues qui ont pour objectif d’effacer le corps de la femme, qu’on ne vienne pas me raconter que c’est une libération de la femme ! C’est un enfermement de la femme. Il faut lutter contre cela. Mais comment on lutte ? Est-ce qu’on lutte par une nouvelle loi préparée dans l’urgence, et comment on la formule?"

"Il faut arrêter de verser de l’huile sur le feu sur ces questions-là".

 

> Sur la lutte contre le terrorisme

"Nous sommes en guerre contre le terrorisme, ça n’est pas nous qui avons déclenché la guerre, c’est l’Etat islamique et d’autres organisations terroristes (…) Nous sommes en guerre contre des gens qui veulent notre mort".

"Je suis farouchement déterminé à mener cette guerre. Il faut s’en donner les moyens, nous ne les avons pas tous aujourd’hui".

 

> Sur la place de l'islam en France

"Je ne suis pas en guerre contre la religion musulmane".

"La religion musulmane à sa place en France à condition qu’elle respecte les valeurs fondamentales de la République et de la laïcité".

 

> Sur François Hollande et une possible victoire du président sortant en 217 

"Je fais preuve de beaucoup d’imagination, mais je n’en suis pas encore arrivé à intégrer ce scénario possible".

"Ça va mal, vraiment! Un président de la République qui vous dit +je n’ai pas eu de bol+ alors qu’il a eu un bol extraordinaire"."

"Il (François Hollande, NDLR) a eu un alignement de planètes qui aurait dû lui permettre de booster l’économie française (la conjonction des taux bas, d'un euro plus faible et d'un prix du baril en baisse, NDLR), alors, aujourd’hui, invoquer le manque de bol, c’est un peu court".

 

À LIRE AUSSI

Image
Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé.
UMP: Jean-Pierre Raffarin "partage la ligne politique d'Alain Juppé"
Alors qu'il était présenté comme le candidat de Nicolas Sarkozy lors de l'élection du président du Sénat (qu'il a perdue début octobre), Jean-Pierre Raffarin assure dé...
04 décembre 2014 - 18:01
Politique