Ce que les féministes reprochent à Eric Dupond-Moretti

Ce que les féministes reprochent à Eric Dupond-Moretti

Publié le 10/07/2020 à 13:54 - Mise à jour à 14:25
© Thomas COEX / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin n’est pas le seul visé par la colère des associations féministes suite au remaniement. Elles reprochent également au Garde des Sceaux ses positions antiféministes. 
 
« Trois ans après #metoo le gouvernement nous engage sur un chemin qui nous condamne à une marche à rebours »
Plusieurs associations féministes et personnalités ont réagi dans une tribune commune aux nominations des ministres de l’Intérieur et de la Justice. Pour le premier les choses sont plutôt claires, Gérald Darmanin est sous le coup d’une plainte pour viol.
 
« Propos sexistes et misogynes »
 
Qu’en est-il d’Eric Dupond-Moretti ? Les reproches à l’encontre du Garde des Sceaux sont résumés dans une pétition réclamant la démission des deux ministres, qui a pour l’heure recueilli plus de 95800 signatures.
L’ancien avocat, est-il écrit, s’est « illustré à de multiples reprises par ses propos sexistes et misogynes faisant notamment la promotion du harcèlement de rue en arguant que « les femmes regrettent de ne plus être sifflées ». Il est également le défenseur historique de violeurs et auteurs de féminicides ».
 
L’affaire qui revient le plus souvent est celle de Georges Tron, le maire de Draveil (Essonne) et ancien secrétaire d’Etat à la Fonction publique en 2010-2011, poursuivi pour viols et agressions sexuelles sur  deux anciennes collaboratrices. Acquitté en première instance, Georges Tron doit encore être rejugé en appel, à une date pour l’heure indéfinie. Reste que lors de sa plaidoirie en novembre 2018, l’avocat de la défense Me Dupond-Moretti avait notamment déclaré : « A 30 ans on n’est pas une potiche incapable de dire non à un homme qui vous prend le pied ».
 
Pas seulement l’avocat
 
Ce n’est pas le seul grief contre le nouveau Garde des sceaux, loin de là. Dans une tribune commune, plusieurs associations féministes rappellent des affaires comme celles d’Outreau et du Carlton :
 
« Celui que l’on surnomme Acquittator est de tous les procès pour obtenir l’acquittement des violeurs, des pédocriminels et des proxénètes. La culture du viol alimente sa plaidoirie, il accuse les victimes d’être consentantes »
Au-delà des déclarations d’Eric Dupond-Moretti l’avocat dans les prétoires, les associations remettent le couvert sur des positions qu’il a prises, par exemple lorsqu’il s’était élevé contre la création du délit d’outrage sexiste. 
 

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les mobilisations féministes se multiplient contre les deux ministres

Annonces immobilières

Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-