Cotisations retraite impayées de Raquel Garrido: et si l'insoumise était de bonne foi?

Hypothèse

Cotisations retraite impayées de Raquel Garrido: et si l'insoumise était de bonne foi?

Publié le :

Jeudi 05 Octobre 2017 - 13:01

Mise à jour :

Jeudi 05 Octobre 2017 - 15:08
Raquel Garrido est sous le feu des critiques depuis que "Le Canard enchaîné" a révélé, mercredi, qu'elle cumule plus de 32.000 euros de cotisations sociales impayées auprès de la caisse nationale de retraite des barreaux français. Nombreux sont ceux qui l'accusent ainsi de mauvaise foi ou même d'une forme de "phobie administrative" coupable. Pourtant, d'autres explications sont possibles.
©Martin Bureau/AFP
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

PAS SI SIMPLE - Raquel Garrido est dans la tourmente, depuis que Le Canard enchaîné a révélé, mercredi 4, qu'elle totaliserait plus de 32.000 euros de dettes auprès de la caisse de retraite des avocats (CNBF). C'est simple: elle n'aurait jamais payé ses cotisations retraite depuis six ans qu'elle est inscrite au Barreau de Paris, assure le journal satirique sans préciser toutefois si la somme inclut d'éventuelles pénalités. Ce qui a valu à cette proche de Jean-Luc Mélenchon, compagne du député FI Alexis Corbière et "oratrice nationale" du parti, un "bad buzz" comme Internet en a le secret. France Soir et la quasi-totalité des médias ont également relayé les faits, tandis que la France insoumise crie à la "fake news" (ou "infox", en bon français).

Raquel Garrido n'a pas réagi à la polémique mais le Barreau de Paris nous confirme que l'avocate "a été convoquée devant la Commission compétente le 20 septembre 2017 et a pris des engagements et convenu d'un échéancier". Le président du CNBF Pierre Brégou a également diffusé un communiqué (intitulé "Faire cesser la rumeur inexacte") pour revenir sur les affirmations du Canard tout en précisant que, étant tenu au secret professionnel, "aucune autre information ne sera donnée".

Autant d'éléments qui n'ont pas éteint la polémique, d'aucuns reprochant à Raquel Garrido -en extrapolant des revenus supposément opulents- une incohérence avec ses déclarations passées (voir tweet ci-dessous) ou encore de toujours vivre dans une HLM parisienne.

"C'est possible qu'elle émarge à plus de 100.000 euros par an", confie, contacté par FranceSoir, un avocat fiscaliste. "Crédible mais rare" précise cette source qui rappelle que la moitié des avocats inscrits au Barreau de Paris touchent le Smic. Ainsi, il semble plus probable que Raquel Garrido ait eu une "année exceptionnelle" en termes de revenus dont elle paierait aujourd'hui la charge.

Les cotisations dues au CNBF sont ainsi calculées à partir de prévisions de revenu communiquées par les avocats, puis revue selon le "réel" dans un délai de un, voire deux ans. Un décalage courant pour tout professionnel au RSI mais qui a son importance dans le cas précis de Raquel Garrido: confrontée à un "retour à la normal" de son chiffre d'affaires, elle aurait ainsi tout à fait pu se retrouver en difficulté pour régler l'intégralité de la somme exigée.

Une hypothèse que corrobore l'absence de réaction de la CNBF. "Il est tout à fait inhabituel qu'elle ait attendu six ans sans prendre de mesures ou de sanctions, qui peuvent aller jusqu'à la radiation", souligne ainsi l'avocat joint par FranceSoir. Une autre source bien informée, également contactée, confirme en assurant que la Caisse est peu coutumière du laisser-aller en terme de collecte des cotisations sans recevoir de signe de bonne foi... D'autant que les avocats lui déclarent leurs revenus.

Face à une "mauvaise payeuse" aux revenus importants il relève donc, selon ces spécialistes, de la fiction que Raquel Garrido soit passée à travers les mailles du filet. 

Raquel Garrido est avocate inscrite au Barreau de Paris depuis six ans.

Commentaires

-