Drouet, Nicolle et Rodrigues dénoncent des arrestations arbitraires le 14 juillet (vidéo)

Drouet, Nicolle et Rodrigues dénoncent des arrestations arbitraires le 14 juillet (vidéo)

Publié le :

Lundi 15 Juillet 2019 - 11:42

Mise à jour :

Lundi 15 Juillet 2019 - 11:52
© ERIC FEFERBERG / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Eric Drouet, Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues ont été interpellés dimanche en marge du défilé du 14 juillet et relâchés dans la journée. Leurs avocats ont dénoncé des arrestations arbitraires ou sans fondement. Celui de Jérôme Rodrigues prévoit de porter plainte.

Les trois principales figures des Gilets jaunes, Eric Drouet, Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues, ont été interpellés dimanche sur les Champs-Elysées, où plusieurs centaines de sympathisants Gilets jaunes s'étaient rassemblés.

Les trois hommes ont été arrêtés avant même l'arrivée d'Emmanuel Macron, Eric Drouet pour "rébellion", Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues pour organisation d'une manifestation illicite. Tous les deux ont été relâchés dans la journée et les procédures classées sans suite. Le parquet devait encore ce lundi décidé d'éventuelles poursuites envers Eric Drouet. Tous ont dénoncé des arrestations abusives et arbitraires.

Voir: Macron célèbre l'Europe de la défense au défilé du 14 juillet, suivi de quelques incidents

Maxime Nicolle "est parfaitement conscient qu'il n'a commis aucun délit", a déclaré son avocat Juan Branco cité par Franceinfo, ajoutant: "C'est inquiétant qu'on ait en pleine rue des arrestations préventives pour des personnes qui n'ont à aucun moment commis la moindre illégalité".

Le conseil de Jérôme Rodrigues a de son côté affirmé que son client "a été interpellé sans aucune raison. Il était seul au moment de son interpellation. D'après ce qu'il m'a dit, il avait croisé du regard, quelques minutes auparavant, le préfet Lallement, et quelques minutes plus tard, il a été interpellé". "Ça peut relever d'une infraction pénale. C'est la raison pour laquelle nous allons déposer plainte pour violation de liberté individuelle", a-t-il annoncé.

Eric Drouet pourrait lui être poursuivi pour rébellion (fait punissable de deux ans de prison), ce qui suppose "le fait d'opposer une résistance violente à une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public agissant, dans l'exercice de ses fonctions, pour l'exécution des lois, des ordres de l'autorité publique, des décisions ou mandats de justice".

Face aux appels des Gilets jaunes à se rassembler sur les Champs-Elysées pendant le défilé, la préfecture avait interdit par arrêté "tout rassemblement de personnes se revendiquant (des Gilets jaunes) dans un périmètre comprenant la place Charles-de-Gaulle, l’avenue des Champs-Elysées, la place de la Concorde, le musée du Louvre, les Invalides, le Trocadéro et la Tour Eiffel".

Lire aussi:

Festivités du 14-Juillet et victoire de l'Algérie: 282 interpellations en France

L'avocat de Jérôme Rodrigues compte porter plainte pour "violation de liberté individuelle".


Commentaires

-