Mannequin à l'effigie d'Emmanuel Macron pendu, brûlé et frappé: les élus LREM choqués (photos+vidéo)

Mannequin à l'effigie d'Emmanuel Macron pendu, brûlé et frappé: les élus LREM choqués (photos+vidéo)

Publié le :

Lundi 09 Avril 2018 - 12:00

Mise à jour :

Lundi 09 Avril 2018 - 12:04
© Christophe Ena / POOL/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Quelques milliers de personnes ont défilé samedi dans les rues de Nantes contre la politique du gouvernement. Certains manifestants ont simulé la pendaison et la mise à mort d'Emmanuel Macron à l'aide d'un mannequin à son effigie. Les élus LREM se sont dit choqués par cet "appel au meurtre".

"Un scandale" pour François de Rugy, "dangereux et inquiétant" pour Anne-Laurence Petel… la manifestation contre le gouvernement qui s'est déroulée samedi 7 à Nantes n'est pas passée inaperçue.

Mais ce n'est pas les protestations des militants qui ont choqué les élus LREM. Les manifestants, plutôt ancrés à gauche, contestaient la réforme de l'université ou encore celle de la SNCF.

A voir aussi: Une manifestation "Stop Macron" autour de Mélenchon à Marseille le 14 avril

Mais le cortège a été marqué par la simulation de la mise à mort d'Emmanuel Macron. Un mannequin à son effigie a été pendu et frappé avant d'être brûlé. Et c'est bien cela qui a choqué les sympathisants et élus LREM.

De son côté, le porte-parole du syndicat Solidaires à soutenu la mise en scène macabre: "nous sommes solidaires des jeunes qui ont pris l'initiative de brûler cette effigie. Il est plus que jamais nécessaire non seulement de le faire vaciller sur son piédestal et y compris de lui faire rendre gorge".

Dimanche 9 François de Rugy a réagi sur LCI: "imaginez s'il y avait une manifestation organisée par des comités d'usagers de la SNCF en colère contre les grèves et qui mettraient Philippe Martinez (secrétaire général de la CGT) étranglé avec une corde au cou, l'ensemble des forces de gauche demanderaient unanimement une condamnation. Elles sont où, les condamnations contre ces appels à la violence?".

La députée des Bouches-du-Rhône Anne-Laure Petel a aussi durement réagi à cette pendaison. "Il y a le militantisme et il y a la violence. Certains ont choisi la 2e option, transformant la revendication syndicale en appel au meurtre... Dangereux et inquiétant. Qui sont ces gens qui prétendent défendre des droits?", a-t-elle écrit sur Twitter.

Un mannequin représentant Emmanuel Macron a été pendu, frappé et brûlé lors d'une manifestation à Nantes samedi.

Commentaires

-