Marine Le Pen: Jean-Marie Le Pen est "déconnecté de la réalité"

Marine Le Pen: Jean-Marie Le Pen est "déconnecté de la réalité"

Publié le :

Vendredi 10 Juillet 2015 - 08:29

Mise à jour :

Vendredi 10 Juillet 2015 - 08:39
©Capture d'écran RTL
PARTAGER :
-A +A

Marine Le Pen était l'invitée de RTL, ce vendredi matin. La présidente du Front national est notamment revenue sur la crise grecque ainsi que sur la bataille juridique qui l'oppose à son père, qu'elle accuse d'être "déconnecté de la réalité".

Les dernières propositions de la Grèce, transmises dans la soirée de jeudi 8

"Je reste prudente. Depuis le début de ces négociations on assiste à un poker menteur".

"Soit monsieur Tsipras effectue une capitulation en rase campagne et il sera le premier à avoir trahi son peuple après l'avoir fait voter par référendum (…), soit il fait ses propositions sachant que l'Allemagne ne les acceptera pas. Je pense donc qu'il faut attendre encore quelques jours pour voir à quoi cela va aboutir".

"Si c'est une capitulation en rase campagne, c'est une très mauvaise chose car la crise grecque ne sera pas réglée. On va revenir dans quelques mois avec une Grèce qui ne paiera toujours pas sa dette et avec une austérité qui n'aura pas entraîné de la croissance puisque l'hyper-austérité aggrave la situation des économies et ne l'améliore pas".

"Surtout, nous allons encore payer. Nous n'en pouvons plus. Nous ne voulons plus payer les plans de renflouement de l'euro. Cette monnaie doit s'arrêter en tant que monnaie unique car elle nous a coûté une fortune. Nous ne voulons plus payer les plans de renflouement de la Grèce, les contribuables français disent +stop+".

"Si c'est une capitulation, ça démontrera que l'opposition que représentait monsieur Tsipras à la politique d'austérité et aux dirigeants de la Troïka était en carton pâte".

"L'euro et l'austérité sont des frères siamois. C'est ou les deux, ou aucun des deux".

 

Emmanuel Macron compare Syriza au FN

"C'est une erreur d'analyse. Monsieur Macron pense déjà à autre chose que son travail de ministre des Finances. Son grand problème aujourd'hui c'est de savoir où il va se présenter aux législatives en 2017".

 

La France se dit prête à accueillir 9.000 réfugiés

"C'est une vaste plaisanterie. Ce sont des dizaines de milliers de clandestins qui arrivent en France".

"Ces chiffres en veulent rien dire".

"L'immigration massive va s'accélérer (…). Il y a entre 1 million et 1,5 million d'immigrés clandestins qui attendent de rejoindre les rives de l'Union européenne".

 

La bataille juridique contre Jean-Marie Le Pen

"La justice s'insère dans la libre organisation d'un parti politique. Il y a une consultation des adhérents qui est en cours, 55% des adhérents ont voté. Sur 51.500 adhérents c'est considérable".

"Ces votes sont aujourd'hui bloqués, les enveloppes sont sous la garde d'un huissier (…). La situation est suspendue, nous sommes en référé, nous avons fait appel, ce n'est pas définitif".

"Jean-Marie Le Pen qui a défendu le référendum pendant toute sa vie est en train de bloquer grâce à l'aide de la justice une consultation populaire du peuple du Front national. La volonté des adhérents est supérieure à toutes autres considérations. Je n'admettrai pas que la volonté des adhérents ne puisse pas s'exprimer. Je défends les référendums au niveau politique, je défends aussi l'avis des adhérents dans le cadre de la démocratie interne".

 

Jean-Marie Le Pen candidat à la présidentielle de 2017?

"Je crois que tout est possible, mais on est au bout de l'irrationnel. Sa volonté exprimée d'avoir son courant représenté en 2017 démontre qu'il est déconnecté de la réalité du pays, mais aussi la réalité interne de Front national".

 

"Nous ne voulons plus payer les plans de renflouement de l'euro", a martelé Marine Le Pen.

Commentaires

-