Mélenchon fait la leçon à Ciotti sur "la tradition chrétienne de la République" (vidéo)

Passe d'armes

Mélenchon fait la leçon à Ciotti sur "la tradition chrétienne de la République" (vidéo)

Publié le :

Vendredi 13 Juillet 2018 - 16:51

Mise à jour :

Vendredi 13 Juillet 2018 - 16:57
Jean-Luc Mélenchon a vertement tancé Eric Ciotti jeudi à l'Assemblée nationale lors du débat sur la réforme constitutionnelle. Le député des Bouches-du-Rhône repondait à celui des Alpes-Maritimes sur les "racines chrétiennes de la France".
© Eric FEFERBERG / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Dans la longue série d'amendement (plus de 2.400) sur le texte de la réforme constitutionnelle voulue par le gouvernement et discutée cette semaine par l'Assemblée nationale, Eric Ciotti y est allé du sien. Le député LR des Alpes-Maritimes a proposé de rajouter à la devise française le terme de "laïcité" tout en souhaitant mettre en valeur "la tradition chrétienne" de la France. Ce qui a donné lieu à une belle passe d'arme entre Jean-Luc Mélenchon et l'intéressé jeudi 12.

"Je souhaite donc réaffirmer cette exigence culturelle, afin que nous soyons plus exigeants en matière de laïcité: nous en avons tant besoin pour sauver la République et pour que la France reste la France", a justifié l'élu Les Républicains en défendant son amendement. Et d'ajouter: "Il s’agit bien sûr de dépasser le fait religieux mais tout en consacrant une réalité culturelle qui a influencé notre architecture, notre organisation sociale, nos modes de vie et notre calendrier civil".

Lire aussi - Réforme constitutionnelle: Edouard Philippe a "bon espoir" que les parlementaires s'entendent

Des arguments qui n'ont guère ému Jean-Luc Mélenchon. Le président du groupe des députés insoumis, très en verve, a pris la parole, tançant vertement Eric Ciotti. "Si nous rejetons tout d’abord la référence aux racines chrétiennes, ce n’est pas parce qu’elles sont chrétiennes: aucun d’entre nous ici ne se risquerait en effet ici à commenter la religion ou la contribution du christianisme à la culture française", a-t-il d'abord expliqué en préambule de son intervention.

Et le député des Bouches-du-Rhône de développer une série d'arguments historiques appuyant son propos: "Ce qui ne va pas, chers collègues, c’est le caractère exclusif que vous donnez à ces racines. Monsieur Ciotti, vous avez évoqué le calendrier. Nous sommes au mois de juillet, le mois de Jules César. Nous allons ensuite passer au mois d’août, le mois d’Auguste : notre calendrier n’a rien à voir avec la religion!".

"A Castelsarrasin, les racines françaises ne sont pas chrétiennes, pas plus qu’à Rouen, où se trouve la plus vieille synagogue de France, où, dès l’an mille, les sujets du roi de France qui la fréquentaient ont été persécutés", a-t-il poursuivi.

Et d'ajouter: "Nos racines sont donc le produit non seulement du christianisme, mais également de beaucoup d’autres choses. Nous avons ainsi une dette immense envers les Arabes, que ce soit en physique, en chimie, en mathématiques ou en philosophie". 

"Quant aux fameuses racines, il faut bien les mettre quelque part. C'est dans un évènement qu'en général vous citez, c'est dans le baptême de Clovis, une opération politico-militaire qui a permis à l'Eglise de réprimer l'hérésie arienne", a précisé Jean-Luc Mélenchon en ciblant particulièrement le groupe LR.

Et de conclure: "La volonté républicaine est d’en finir avec la référence exclusive à une philosophie ou à une image qui essentialiserait les Français : la nation française ne sera jamais une nation ethnique ni religieuse".

L'amendement a été rejeté.

Jean-Luc Mélenchon a vertement tancé Eric Ciotti.

Commentaires

-