Pour Macron, "trop de Français n'aiment pas" les entreprises du CAC 40

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Pour Macron, "trop de Français n'aiment pas" les entreprises du CAC 40

Publié le 18/03/2016 à 13:16 - Mise à jour à 13:20
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a regretté vendredi que de nombreux Français "n'aiment pas" le CAC 40, estimant que l'existence de ces grandes entreprises était "une force" pour le pays.

En France, "nous avons une force, c'est que nous avons ce CAC 40", a souligné M. Macron, à l'ouverture ce vendredi du "Printemps de l'optimisme", un forum annuel consacré aux initiatives "positives" mises en place face aux problématiques sociétales et économiques.

"Le paradoxe c'est que beaucoup trop de Français ne l'aiment pas. On aime les petits entrepreneurs, mais nous n'aimons pas les grandes entreprises. Pourtant, elles sont l'un des ciments de notre activité économique", a-t-il ajouté.

Rappelant que les entreprises du CAC 40 avaient en moyenne "105 ans", le ministre a appelé à faire de cette expérience "une chance". "Tout le défi, c'est de retrouver l'optimisme à 105 ans", a-t-il déclaré.

Selon M. Macron, de nombreux facteurs devraient pousser les Français mais aussi les chefs d'entreprises à faire preuve d'"optimisme", malgré les difficultés sociales ou économiques du moment.

"Quand on regarde les indicateurs d'optimisme, on s'aperçoit que les Français sont moins confiants en leur propre avenir ou en celui de leur pays que ne le sont les Bangladais, les Pakistanais ou les Nigérians, ce qui en dit long", a-t-il déclaré.

Pourtant, "il y a des bonnes raisons d'être optimiste", a-t-il ajouté, estimant que l'économie demeurait "robuste", notamment grâce à l'innovation, la France étant "l'un des pays qui créée le plus de start-up en Europe".

Emmanuel Macron a pour cela appelé à combattre ce qu'il estime être un "paradoxe français", consistant à dénigrer à la fois les réussites et les revers. "Nous avons en France une détestation profonde pour l'échec, on n'aime pas les gens qui ont échoué (...) Et en même temps, nous sommes dans un pays où l'on a la jalousie du succès", a-t-il souligné.

Or "on ne peut pas vivre dans un pays qui déteste l'échec et donc la prise de risque et qui en même temps déteste le succès. Ce paradoxe, il est mortel", a-t-il ajouté, jugeant nécessaire de "valoriser l'échec, car sinon, on n'entreprend pas".

Un avis partagé par le publicitaire Jacques Séguéla, présent lors de la table ronde qui a dit son "amour" pour Emmanuel Macron. C'est "le meilleur ministre que n'ai jamais eu la France", s'est enflammé l'homme d'affaires, se définissant pourtant comme "un sarkozyste primaire voire primate".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Nous avons en France une détestation profonde pour l'échec (...) et en même temps, nous sommes dans un pays où l'on a la jalousie du succès", a déclaré Emmanuel Macron

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-