Quand Mélenchon se plaignait des "payes de crevard" de son équipe pendant la campagne présidentielle

Quand Mélenchon se plaignait des "payes de crevard" de son équipe pendant la campagne présidentielle

Publié le :

Mercredi 24 Octobre 2018 - 17:47

Mise à jour :

Mercredi 24 Octobre 2018 - 17:56
© FREDERICK FLORIN / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

En mars dernier, Jean-Luc Mélenchon -qui n'était pas encore empêtré dans la double affaire qui le vise ainsi que son parti- confiait sur BFMTV que son porte-parole Alexis Corbière a perçu une "paye de crevard" pour sa campagne présidentielle. Le montant de cette aumône: 3.000 euros par mois.

La déclaration était passée relativement inaperçue à l'époque, et pourtant... En mars dernier, Jean-Luc Mélenchon s'est ainsi plaint des "payes de crevards" de son équipe de campagne pendant la présidentielle. Son exemple: Alexis Corbière, porte-parole, rémunéré "au statu d'auto-entrepreneur (...) quelque chose comme 3.000" euros (voir la vidéo ci-dessous).

A l'époque, c'était le fait qu'Alexis Corbière, notamment, soit embauché sous le statut d'auto-entrepreneur pendant la campagne de Jean-Luc Mélenchon qui défrayait la chronique. Notamment car le candidat défait à la présidentielle a toujours revendiqué "détester" ce statut, n'hésitant pas à le comparer à de "l'auto-esclavage".

Lire: Mélenchon s'en prend à nouveau à la presse, tout en se tournant vers les Européennes

"Je vais vous dire d'autres choses, autrement plus odieuses, que nous avons faîtes", a raillé en réponse Jean-Luc Mélenchon sur BFMTV le 22 mars dernier. Puis de lister: "Nous avons travaillé le soir, après 18h, alors que c'est absolument interdit. Nous avons travaillé le dimanche, nous avons travaillé la nuit, nous avons travaillé le jour".

Puis de justifier, à propos de la situation spécifique d'Alexis Corbière: "(Il) a dû se mettre en congé mais il n'avait pas l'intention d'abandonner son statut de professeur de l'enseignement professionnel, par conséquent il avait le statut d'auto-entrepreneur (...) il y en avait d'autres (au sein de l'équipe de campagne NDLR)". Un régime que Jean-Luc Mélenchon a dit dans la foulée "déteste(r)".

"Alexis était payé comme auto-entrepreneur quelque chose comme 3.000" euros, a ensuite précisé Mélenchon. Une "paye de crevard" selon lui, qui en a profité pour dénoncer les "6.000 euros" par mois perçus par le porte-parole d'Emmanuel Macron.

 

Une petite phrase qui a été décriée par des internautes anonymes, des "vrais gens". "J'aimerai bien avoir une paye de crevard", a été en substance la réaction la plus répandue, notamment sous le tweet du compte officiel de Jean-Luc Mélenchon reprenant la formule.

 

Car c'est un revenu qui a de quoi faire saliver une bonne partie des Français. En partant du principe que ce montant est brut, c'est-à-dire que les charges au régime minimal liées au statut d'auto-entrepreneur n'en sont pas déduites, il revient à un revenu mensuel d'environ 2.200 net. Un montant qui place Alexis Corbière parmi les 30% des Français les plus riches (source Insee). Si cela correspondait à un montant net, Alexis Corbière grimperait même dans les 20% des Français gagnant le mieux leur vie.

A cette époque, lui et sa compagne Raquel Garrido -avocate de métier et également porte-parole de la France insoumise- occupaient un logement social dans le 12e arrondissement de Paris. Ils ont déménagé depuis.

Lire aussi:

Chikirou nie toute "surfacturation" dans la campagne de Mélenchon

Perquisitions FI et Mélenchon: pas de violation de la Constitution avec l’intervention du JLD

Un député force son accent alsacien dans l'hémicycle en réponse à Mélenchon

Gagner 3.000 eruos par mois? Pour Jean-Luc Mélenchon c'est "une paye de crevard".


Commentaires

-