Réforme de la SNCF: une grève serait injustifiée pour la majorité des Français

Réforme de la SNCF: une grève serait injustifiée pour la majorité des Français

Publié le :

Vendredi 02 Mars 2018 - 13:55

Mise à jour :

Vendredi 02 Mars 2018 - 14:21
© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pour 58% des Français, une grève à la SNCF serait injustifiée selon un sondage publié jeudi et qui montre un net clivage gauche/droite sur le sujet. Un chiffre qui illustre un débat parallèle à la réforme de l'établissement public, celui du rapport des Français à la contestation sociale.

La réforme de la SNCF voulue par le gouvernement, qui prévoit la suppression du statut de cheminot et le recours aux ordonnances, augure d'une grève qui pourrait être longue, ont prévenu les syndicats.

Certains craignent donc une situation analogue à celle de 1995, quand la contestation avait paralysé la France pendant un mois. Mais il semble que les syndicats ne pourront pas compter sur le soutien populaire d'alors. En effet, les Français semblent aujourd'hui moins solidaires de la situation des cheminots.

Voir: SNCF - les syndicats inquiets après le début de la concertation avec Borne

Selon un sondage Odoxa-Dentsu consulting pour Franceinfo et Le Figaro publié jeudi 1er mars, près de six Français sur dix (58%) estiment que la mobilisation sociale envisagée par les syndicats est injustifiée.

Un sentiment qui marque cependant un net clivage selon les sensibilités politiques. Il est exprimé par 83% des sympathisants LREM, 73% des sympathisants de droite (hors-FN), mais par seulement 38% des sympathisants de gauche. Les proches du FN sont divisés (50-50).

Le fait que les sondés jugent plutôt cette éventuelle grève comme injustifiée semble trouver son origine dans un autre chiffre. Ils sont en effet encore plus nombreux à être favorable à la suppression du statut de cheminot (72% selon cette étude, 69% selon un précédent sondage publié mardi 27).

Derrière la question du fonctionnement de la SNCF, cette réforme semble donc également illustrer un débat doctrinal de plus en plus présent et déjà entendu lors de la mise en place des ordonnances travail. Emmanuel Macron et le gouvernement ont déjà en effet fustigé à mots plus ou moins couverts les statuts de privilégiés des cheminots qui n'auraient pas de raison d'être, et des syndicats arc-boutés sur la contestation et la défense obstinée d'acquis sociaux obsolètes.

Lire aussi: Réforme de la SNCF - les ordonnances, une procédure décriée et à double tranchant

L'exécutif ne peut cependant pas voir dans ces chiffres un soutien sans faille des Français. Ils sont en effet selon ce sondage beaucoup plus partagés (53% pour) concernant l'opportunité de recourir aux ordonnances dans ce dossier.

Une majorité de Français juge qu'une grève des cheminots serait injustifiée.


Commentaires

-