Waze et Coyotte: le gouvernement veut faire disparaître les contrôles de police

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Waze et Coyotte: le gouvernement veut faire disparaître les contrôles de police

Publié le 19/11/2018 à 16:42 - Mise à jour à 17:11
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Le gouvernement planche sur une loi pour contraindre les opérateurs d'applications mobiles type Waze ou Coyote à bloquer les signalements de contrôles des forces de l'ordre par les automobilistes. Il s'agirait essentiellement de lutter contre les malfaiteurs qui évitent ainsi les barrages.

Les applications d'aide à la conduite sont particulièrement appréciées des automobilistes, notamment Waze et Coyote, qui leurs permettent de repérer à l'avance les embouteillages et les accidents de la circulation. Le gouvernement veut obliger les applications GPS collaboratives à supprimer les signalements de contrôles de police publiés par les automobilistes.

Selon les autorités, les malfaiteurs se serviraient de ces applications pour échapper aux barrages de police et de gendarmerie rapporte Le Parisien. "Les trafiquants de drogue qui font des go-fast utilisent ces applications pour repérer à l’avance nos barrages et se dérouter au dernier moment pour que nous ne puissions pas les interpeller", a expliqué Loïc Travers, secrétaire national adjoint du syndicat de police Alliance.

"Le principe est qu’un criminel qui ait enlevé une personne, perpétré un acte terroriste ou qui se trouve en état d’ivresse au volant ne puisse pas se soustraire à un contrôle si un autre conducteur le lui a signalé via son application", a fait savoir le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe.

Lire aussi - Autoroutes: les patrouilleurs signalés sur l'appli GPS Waze

En pratique, il s’agirait uniquement des signalements en cas d’opération anti-terroriste, de contrôle d’alcoolémie, de stupéfiants ou de recherche de malfaiteurs. Les utilisateurs pourront donc toujours signaler les contrôles de vitesse. Le gouvernement a donc soumis un projet de loi au Conseil d’Etat qui a pour but de contraindre les opérateurs à bloquer certains signalements. Il sera présenté au Conseil des ministres en décembre.

Si ce projet de loi est adopté l’opérateur qui n'effacerait pas le signalement, il s'exposerait à deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende.

Interrogée, l'association 40 millions d'automobilistes a estimé que la mesure était importante "dans le cadre du plan Vigipirate, d'opérations anti-drogue ou alcool au volant". Toutefois, elle a souligné qu'il "ne faudrait pas que cette loi ouvre une brèche pour qu'à terme ce soit élargi aux contrôles de vitesse". 

"Cette loi va donc dans le bon sens, mais le gouvernement a calé au dernier moment, car il fallait l’élargir à tous les contrôles, y compris la vitesse", a souligné de son côté la Ligue contre la violence routière.

Voir:

Rebond de la mortalité routière en septembre 

Vitesse à 80 km/h: une étude sur la mortalité routière valide la mesure

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les signalements de contrôles des forces de l'ordre par les automobilistes sur Waze ou Coyote pourraient être interdits.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-