Syrie: début des évacuations médicales dans la Ghouta orientale assiégée

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Syrie: début des évacuations médicales dans la Ghouta orientale assiégée

Publié le 27/12/2017 à 10:06
© Hamza Al-Ajweh / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Des travailleurs humanitaires ont débuté l'évacuation médicale en urgence de la Ghouta Orientale, zone rebelle assiégée près de Damas, a annoncé le Comité international de la Croix-Rouge mercredi, après des mois d'attente pendant lesquels au moins 16 personnes sont mortes, selon l'ONU.

"Ce soir, le @SYRedCrescent (Croissant Rouge Syrien NLDR) et l'équipe d'@ICRC (Comité international de la Croix Rouge) ont commencé l'évacuation de cas médicaux critiques de la Ghouta Orientale vers Damas", a déclaré le CICR sur son compte Twitter officiel.

Des photos accompagnants les tweets montrent un convoi d'ambulances prêt à évacuer les patients dans un état critique. Une autre organisation caritative, la Syrian American Medical Society, a affirmé que les évacuations concernaient "29 cas critiques, dont l'évacuation médicale vers Damas a été approuvée. Quatre patients ont été évacués aujourd'hui". Le reste des patients devraient être transportés dans les prochains jours d'après l'organisation.

Près de 400.000 personnes sont prises au piège dans la Ghouta, assiégée par le régime depuis la mi-2013 et où des cas de malnutrition ont été rapportés parmi les habitants, dont la moitié sont des enfants.

L'ONU demandait depuis des semaines de pouvoir évacuer de la Ghouta près de 500 malades. Au moins seize de ces malades sont décédés, a déclaré jeudi aux médias à Genève le chef du groupe de travail humanitaire de l'ONU pour la Syrie, Jan Egeland, détaillant notamment le décès par malnutrition d'un bébé de neuf mois.

Dernier fief de la rébellion, la Ghouta fait partie des quatre "zones de désescalade" définies en mai par la Russie et l'Iran, alliés du régime, et la Turquie, soutien des rebelles. Le but était de tenter de parvenir à une trêve durable en Syrie, ravagée par une guerre destructrice depuis 2011, qui a fait plus de 340.000 morts.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Des travailleurs humanitaires ont débuté l'évacuation médicale en urgence de la Ghouta Orientale, zone rebelle assiégée près de Damas.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-