Boris Johnson nouveau Premier ministre du Royaume-Uni dans un contexte difficile

Boris Johnson nouveau Premier ministre du Royaume-Uni dans un contexte difficile

Publié le :

Mardi 23 Juillet 2019 - 20:17

Mise à jour :

Mardi 23 Juillet 2019 - 20:36
© Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Les membres du parti conservateur britannique ont finalement largement choisi Boris Johnson à la tête de leur formation ce qui, de facto, lui assure le poste de Premier ministre à partir du mercredi 24. L'homme au caractère imprévisible et totalement acquis au Brexit prend cependant les commandes dans un contexte très difficile.

Il prendra ses fonctions mercredi : le turbulent Boris Johnson sera bien le nouveau Premier ministre du Royaume-Uni. Les électeurs des "tories", le parti conservateur, était appelé à se prononcer sur leur nouveau dirigeant qui deviendrait de facto le chef du gouvernement. Et Boris Johnson l’a finalement très largement enmporté avec 66% des voix face au ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt (34%).

Le 10, Downing Street va donc voir débarquer un nouveau locataire dont la position sur le Brexit est bien différente de Theresa May qui aura bataillé pendant trois ans pour essayer d’obtenir un accord de sortie favorable de l’Union européenne pour son pays, sans succès. Boris Johnson est en effet la figure emblématique favorable au Brexit, y compris dans sa version la plus dure.

Après avoir porté la campagne en faveur de la sortie du pays de l’UE lors du référendum de 2016, Boris Johnson –visiblement surpris par sa victoire– avait renoncé à prendre les rênes du pays. Trois ans plus tard, la partie est loin d’être gagnée pour celui qui assure que le royaume sera bien sorti de l’UE le 31 octobre, qu’il y ait ou non un accord.

Lire aussi - Brexit: Boris Johnson ne payera pas la "facture" s'il devient Premier ministre

Si le charisme de l’homme est indéniable –comme sa propension à régulièrement choquer par son attitude ou ses propos polémiques– la situation reste délicate pour Boris Johnson. Primo, malgré sa large victoire, il est loin de faire l’unanimité chez les élus de son camp politique. Trois ministres de l’actuel gouvernement ont ainsi annoncé qu’ils préfèreront démissionner plutôt que de servir dans son équipe. Secundo, Boris Johnson ne peut se reposer que sur une majorité parlementaire de trois voix laissant planer le doute sur la tenue d’élections anticipées dans les mois à venir.

Boris Johnson devra enfin espérer pouvoir s’attirer les bonnes grâces des autres pays européens –pas tous sensibles à son "style"– dont la position n‘a pour l’instant pas permis de trouver un accord, rendant chaque mois qui passe un peu plus probable la sortie du pays sans aucun accord commercial. Un scénario qui fait peser un risque économique considérable –même si les estimations fluctuent– sur le Royaume-Uni.

Voir aussi:

Accusé de "mensonges" sur le Brexit, Boris Johnson convoqué par les juges

Boris Johnson prendra ses fonctions le mercredi 24 juillet.


Commentaires

-