A Hiroshima, 71 ans après, Obama en appelle à un monde sans arme nucléaire

A Hiroshima, 71 ans après, Obama en appelle à un monde sans arme nucléaire

Publié le :

Vendredi 27 Mai 2016 - 19:42

Mise à jour :

Vendredi 27 Mai 2016 - 19:46
©Jim Watson/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Barack Obama était ce vendredi à Hiroshima, au Japon, pour rendre hommages aux victimes du bombardement nucléaire et de la Seconde guerre mondiale dans son ensemble. Devant le mémorial pour la paix de la ville martyrisée, le président américain n'a toutefois pas présenté les excuses de son pays.

C'est le premier président américain en exercice à se rendre dans la ville martyre. Près de 71 ans après le bombardement nucléaire d'Hiroshima (sud du Japon), Barack Obama s'est rendu ce vendredi 27 dans la préfecture nippone pour "rendre hommage aux morts". Et lancer un appel au désarmement nucléaire de l'Humanité.

"Il y a 71 ans, la mort est tombée du ciel", a déclaré le président américain après avoir visité le mémorial de la paix d'Hiroshima. Il a également salué les survivants du bombardement du 6 août 1945 et s'est recueilli -les yeux fermés- devant le cénotaphe du monument érigé en plein cœur de la ville, à deux pas du dôme de Genbaku, l'un des rares bâtiments à avoir résisté à l'explosion aujourd'hui classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

"Pourquoi sommes-nous venus ici, à Hiroshima? Nous sommes venus réfléchir à cette force terrible libérée dans un passé pas si lointain. Nous sommes venus pour rendre hommage aux morts. Leurs âmes nous parlent, elles nous demandent de nous interroger sur nous-mêmes", a déclaré Barack Obama lors de son allocution. Il a ainsi plaidé, comme souvent depuis le début de sa présidence, pour un monde sans arme nucléaire.

S'il a évoqué "la responsabilité de regarder l'histoire dans les yeux", Barack Obama a aussi rendu hommage aux "60 millions de personnes mortes pendant la guerre" et à "tous ceux qui ont tout donné pour notre liberté". Mais comme prévu le président américain n'a pas formulé d'excuses, fidèle en cela à la doctrine américaine refusant de réviser le passé: "je sais, étant moi-même président depuis sept ans et demi, que tout dirigeant prend des décisions très difficiles, en particulier en temps de guerre". D'autant que les Etats-Unis assurent que les bombes nucléaires larguées sur le Japon ont permis de sauver des centaines de milliers de vies en écourtant le conflit. Cette absence de regrets n'est toutefois pas officiellement réclamé par les autorités nippones, car cela permet d'éviter toute introspection sur le vrai rôle qu'a joué le pays dans la Seconde guerre mondiale. Au-delà des drames terribles d'Hiroshima et de Nagasaki.

 

"Il y a 71 ans, la mort est tombée du ciel", a déclaré Barack Obama devant le mémorial pour la paix d'Hiroshima avec, en arrière-plan, le dôme de Genbaku.


Commentaires

-