Turquie: Erdogan menace l'Europe d'ouvrir les frontières aux migrants

Turquie: Erdogan menace l'Europe d'ouvrir les frontières aux migrants

Publié le :

Vendredi 25 Novembre 2016 - 15:19

Mise à jour :

Vendredi 25 Novembre 2016 - 15:28
©Adem Altan/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le président turc Erdogan a menacé ce vendredi d'ouvrir les frontières aux migrants vers l'Europe. Sa réaction fait suite au vote du Parlement européen, demandant le gel des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Au lendemain du vote du Parlement européen, demandant le gel des négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, le président turc Recep Tayyip Erdogan a décidé de riposter. Il a menacé ce vendredi 25 d'ouvrir les frontières aux migrants vers l'Europe.

"Lorsque 50.000 migrants se sont amassés au poste-frontière (turco-bulgare) vous avez crié à l'aide", a déclaré le président turc lors de son discours à Istanbul, avant d'ajouter, "Ecoutez-moi bien. Si vous allez plus loin, ces frontières s'ouvriront, mettez-vous ça dans la tête!".

L'Allemagne a réagi face à la réaction du président turc, affirmant que "menacer" le pacte UE-Turquie sur les migrants "n'avance à rien". La porte-parole de la chancelière allemande, Ulrike Demmer a ajouté que "la poursuite de cet accord est dans l'intérêt de tous les acteurs".

Les menaces d'Erdogan sont survenues après le vote du Parlement européen qui a préconisé, jeudi 24, le gel des négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE. Le voté a été adopté à Strasbourg avec 479 voix contre 37, et 107 abstentions. Il a été reproché à la Turquie ses arrestations massives contre les soutiens présumés du putsch avorté,  le 15 juillet. Plus de 36.000 personnes ont été arrêtées selon les chiffres officiels.

Un accord signé par les 28 pays de l'Union européenne, a été conclu en mars avec la Turquie, qui a permis de stopper les migrants en direction des îles grecques. Le pays devait accueillir les migrants provenant de Grèce et de Syrie.

Son annonce survient à quelques mois des élections présidentielles en France, et fédérales en Allemagne, dans laquelle la question migratoire risque d'occuper une place centrale. 

 

Un accord signé par les 28 pays de l'Union européenne, a été conclu en mars avec la Turquie, qui a permis de stopper les migrants en direction des îles grecques.


Commentaires

-