Yasser Arafat: le parquet requiert un non-lieu dans l'affaire de son possible assassinat

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Yasser Arafat: le parquet requiert un non-lieu dans l'affaire de son possible assassinat

Publié le 21/07/2015 à 18:21 - Mise à jour à 18:38
©Suhain Salem/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): MM

-A +A

Le parquet de Nanterre a requis ce mardi un non-lieu dans l'enquête sur la mort du leader palestinien Yasser Arafat, ouverte en 2012 pour "assassinat". Un possible empoissonnement au polonium 210 était évoqué.

En 2012, Souha Arafat, veuve de Yasser Arafat décédé en 2004, avait saisie le tribunal de Nanterre car elle estimait que son défunt mari avait été assassiné. Ce mardi, la justice a rendu les conclusions de son enquête et requiert un non-lieu dans cette affaire.

L’ancien leader de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) est mort à l’âge de 75 ans après une courte et mystérieuse maladie le 11 novembre 2004 à l’hôpital militaire de Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine). A l'époque, aucune autopsie n'avait été réalisée sur sa dépouille et l'équipe de médecins qui avait la charge de Yasser Arafat n'avait pas pu définir la cause de son décès.

De son côté, Souha Arafat soupçonnait un empoisonnement à la suite de la découverte de polonium 210, élément radioactif hautement toxique, sur des effets personnels de son mari. Cette substance est connue pour avoir été utilisé afin d'assassiner l'ancien espion russe et opposant à Vladimir poutine, Alexander Litvinenko, en 2006 à Londres.

La tombe de l'ancien chef du Fatah, située à Ramallah en Cisjordanie, avait été ouverte en novembre 2012 et une soixantaine d’échantillons prélevés sur sa dépouille répartis pour analyse entre les trois équipes d’experts suisses, français et russes afin de détecter un possible empoissonnement.

Les experts mandatés par les juges français ont à deux reprises écarté la thèse de l'empoisonnement, la dernière fois en mars, estimant que la présence d'un gaz radioactif naturel, le radon, dans l'environnement extérieur, expliquerait les fortes quantités de polonium enregistrées. De leur côté,  les experts suisses, sollicités par la veuve, avaient au contraire jugé la thèse de l'empoisonnement "plus cohérente" avec leurs résultats de leurs analyses.

"N'en déplaise aux juges et au procureur, personne n'est à ce jour en mesure de dire de quoi est mort Yasser Arafat et d'expliquer les circonstances de son décès. Ce seul élément justifie que l'enquête se poursuive", avaient plaidé en mai dernier, les avocats de la famille Arafat, s'étonnant "de cette célérité à vouloir clore à marche forcée un dossier d'une telle importance".

La décision de clore ou non cette affaire, où d'ailleurs personne n'est poursuivi, sera rendue par le tribunal de Nanterre dans les semaines à venir.

Auteur(s): MM


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


L'ancien président de l'Autorité palestinienne, Yasser Arafat, en 2001.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-