Salon Nautic 2019 : à voile et (surtout) à moteur

Salon Nautic 2019 : à voile et (surtout) à moteur

Publié le 08/12/2019 à 12:43 - Mise à jour le 15/12/2019 à 18:24
DR
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Le Salon Nautique de Paris ( Le "Nautic") qui vient d’ouvrir ses portes a du vague à l’âme. Et pas seulement à cause de la grève des transports. Le hall principal, celui dédié à la voile, est réduit à la portion congrue. Pendant qu’on se bouscule dans les halls secondaires occupés par les bateaux moteurs. Un paradoxe de plus de notre société de drôles de consommateurs : écolo d’accord mais à condition de ne pas se fatiguer. Revue de détails. 

 

Rien à faire ! À l’heure de la prise de conscience écologique et d’une hausse des prix du carburant, le motonautisme ne semble pas prêt de s’éteindre. Et au contraire, on y observe une course à la puissance. En témoignent des hors-bords dépassant désormais les 600 chevaux ! Si le cœur du marché se concentre entre 6 et 9 mètres de longueur de coque (rigide ou semi-rigide), les motorisations montent inexorablement en puissance. A noter : une forte progression des modèles plus luxueux de 50 pieds (16,5 m) et plus. Un marché resté longtemps chasse gardée des Italiens, mais qui désormais intéresse la plupart des constructeurs.  Et la propulsion à la voile, symbole de liberté, de respect de la nature? Image d'un autre siècle!

 

Voiliers Monocoques battent en retraite

Avec moins de 3 000 unités produites, voilà un secteur qui ne profite pas vraiment de l’embellie des autres déclinaisons de la plaisance. Baisse de l’activité de pure régate, engouement pour le multicoque, voire passage au moteur, les voiliers monocoques ne sont plus les stars du marché comme dans les années 1980/1990. Fini le petit voilier de 8,50 m où l'on passait  des vacances sportives en famille. Du coup, les constructeurs rivalisent d’innovations et soignent le confort, la facilité de manœuvre et le design. Le grand voyage reste tout de même une valeur sûre. Pour une année sabbatique ou à l’heure de la retraite. 

 

Voiliers Multicoques de croisière à voile et à moteur

Avec des délais de livraison qui excèdent deux ans, les constructeurs de voiliers multicoques tentent d’augmenter leurs capacités de production. Mais difficile de suivre quand le secteur augmente de 25% en un an,  aujourd’hui, les quatre plus gros chantiers réalisent un chiffre d’affaires supérieurs à celui des monocoques du monde entier. La taille moyenne d’un catamaran neuf, dont la flotte est essentiellement destinée à la location, est de 45 pieds (15m ), pour un budget qui frise les 500 000 €. On note le décollage des catamarans à moteurs – près de 200 unités seront mises à l’eau cette année.

 

La voilé légère, la bonne nouvelle

Après une longue période de vaches maigres face à l’attrait des sports de glisse, le dériveur léger s’est ressaisi il y a une dizaine d’années grâce à une offre plus moderne, plus fun grâce à des carènes ultra planantes et des gréements plus puissants. Désormais, il s’agit d’exploiter des foils pour voler. Réservé tout d’abord aux experts, le vol sur l’eau se démocratise.  A l’image du Birdyfish (voir photo). Ce petit « dériveur » de 4,70 m pouvant être mis à l’eau facilement est affiché au prix de 17 000 € tout de même. Mais quand on vole, on ne compte pas. 

Les infos pratiques

Dates, horaires et lieu : Du 7 au 15 décembre 2019, à la Porte de Versailles - Halls 1, 2.1, 2.2, 2.3, 3 et 4. Tous les jours de 10h à 19h. Fermeture à 18h le dimanche 15 décembre. Nocturne le vendredi 13 décembre jusqu’à 22h. Tarifs : Entrée plein tarif : 17 € TTC Entrée tarif réduit : 14 € TTC Entrée groupe (à partir de 10 pers.) : 10 € TTC Entrée gratuite pour les titulaires du permis bateau 2019, les licenciés des fédérations nautiques, des étudiants, des lycéens de moins de 26 ans et des moins de 16 ans.

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :


Le voilier dériveur volant, la vraie nouveauté 2020

Fil d'actualités




Commentaires

-