Pôle emploi: la fraude atteint 89 millions d'euros

En hausse

Pôle emploi: la fraude atteint 89 millions d'euros

Publié le :

Vendredi 28 Novembre 2014 - 17:49

Mise à jour :

Samedi 29 Novembre 2014 - 09:47
La fraude détectée par Pôle emploi est en hausse constante depuis 2011. Sur les 9 premiers mois de l'année 2014, l'organisme de gestion des allocations chômage a détecté 89 millions d'euros de fraudes, dont 31 qui ont pu être évités.
©Salom-Gomis Sebastien/Sipa
PARTAGER :
-A +A

C'est un peu le jeu du chat et la souris. Sur les neuf premiers mois de l'année 2014, Pôle emploi a détecté 89 millions d'euros de fraudes, selon un bilan partiel transmis au Comité central d'entreprise (CCE) de l'organisme. Seule bonne nouvelle: sur cette somme, 31 millions d'euros de préjudice ont pu être évités, Pôle emploi ayant repéré la fraude avant versement.

Pour autant, pas question de laisser filer les 58 millions d'euros restants, versés indûment. "Pôle emploi s'emploie à les récupérer", indique l'organisme. Révélés ce vendredi par le journal Le Monde, ces chiffres sont le résultat de 7.472 "affaires frauduleuses", qui concernent 9.118 demandeurs d'emplois et 259 entreprises. Pour Pascal Mezan, représentant CFDT au CCE de Pôle emploi, il n'y a pas assez de contrôles auprès des employeurs. "L'actualité se focalise plus sur le contrôle des chômeurs, beaucoup moins sur celui des employeurs. C'est un problème", a-t-il expliqué.

Malgré un contrôle renforcé des chômeurs, les sommes dues à la fraude sont en hausse continue depuis 2011: 76 millions d'euros en 2012 et 62 millions en 2011 ont été recensées. En 2013, la fraude à Pôle emploi avait même atteint les 100 millions d'euros. Et cette année, elle devrait culminer à 120 millions d'euros. Toutefois, cette somme reste minime par rapport aux 30 milliards d'allocations versées aux chômeurs français chaque année. La fraude représente seulement 0,2% des aides.

Par ailleurs, Pôle emploi compte être plus rigoureux en matière de fraudes l'année prochaine. Dans la note, l'organisme énonce ses "orientations en matière de fraudes pour 2015". Le service public de l'emploi compte ainsi "privilégier" les affaires qui permettent "de détecter les montants subis, évités ou déjoués les plus élevés". Pour cela, l'organisme travaille actuellement à la mise au point d'un modèle de "datamining appliqué aux fraudes". Cela consiste, grâce à l'analyse des données de chaque demandeur d'emploi, d'identifier les dossiers les plus à risques.

En mail dernier, le Comité national de lutte contre la fraude avait notamment salué les "efforts considérables" de Pôle emploi pour repérer la fraude.

 

Pôle emploi a détecté 89 millions de fraudes sur les 9 premiers mois de l'année 2014.

Commentaires

-