Coronavirus : les indemnités des chômeurs en fin de droit prolongées jusqu’en avril

Coronavirus : les indemnités des chômeurs en fin de droit prolongées jusqu’en avril

Publié le 19/03/2020 à 14:23 - Mise à jour à 15:29
© Ludovic Marin / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Les chômeurs qui arrivaient en fin de droit en mars 2020 peuvent souffler en cette période de confinement lié au coronavirus : leur indemnisation sera prolongée d’un mois et donc repoussée jusqu’à avril.

Voici une nouvelle qui va donner un bol d’air aux chômeurs qui arrivent en fin de droit en mars : sur une recommandation des syndicats, le gouvernement a décidé de faire un geste en faveur des personnes qui devaient toucher leurs indemnités chômage pour la dernière fois ce mois-ci : l’Allocation de Retour à l’Emploi (ARE) sera prolongée d’un mois… ou davantage si la crise du coronavirus dure plus longtemps.

Cette décision devrait toucher entre 60 000 et 90 000 chômeurs dont la fin des droits devaient intervenir en mars.

Ce geste s’ajoute à une autre mesure, annoncée il y a quelques jours déjà, qui prévoit de reporter de cinq mois (au 1er septembre au lieu du 1er avril), l’entrée en vigueur de la réforme de l’assurance chômage. Le nouveau mode de calcul peut, potentiellement, faire baisser l’indemnisation de certains chômeurs. Mais, pour le gouvernement, elle doit permettre de favoriser le retour à l’emploi. Une décision dont s’était félicité le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger : « On ne peut pas ajouter de l’angoisse à l’angoisse, des problèmes aux problèmes. »

Les droits des intermittents prolongés également pendant cette crise ?
Les intermittents du spectacle, qui bénéficient d’un régime à part et sont dans l’incapacité de faire leurs heures compte tenu de l’arrêt total de l’industrie du spectacle jusqu'au 15 avril au moins, pourraient eux aussi être concernés par cette prolongation de leurs droits. Pôle emploi a ainsi expliqué que les services traiteront en priorité les dossiers des intermittents dont la date anniversaire de renouvellement du statut est imminente. Les intermittents du spectacle doivent travailler 507 heures par an afin de toucher le chômage pendant leurs périodes d'inactivité. Un taux qui est difficile à atteindre pour nombre d'entre eux et devrait l'être encore davantage compte tenu de la crise du coronavirus.

A lire aussi : Une aide de 1500€ pour les auto-entrepreneurs et les indépendants

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


La ministre du Travail Muriel Pénicaud

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-