Fonction publique: des écarts de salaires importants au détriment des femmes

Fonction publique: des écarts de salaires importants au détriment des femmes

Publié le :

Mercredi 20 Janvier 2016 - 15:01

Mise à jour :

Mercredi 20 Janvier 2016 - 15:14
Les écarts de revenus entre les hommes et les femmes restent importants dans la fonction publique, avec des rémunérations supérieures de près de 19% en faveur des agents masculins. C'est tout de même 10 points de mieux que dans le secteur privé.
©Johannes Eisele/Archives/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Les écarts de salaires entre femmes et hommes restent importants dans la fonction publique en dépit d'actions visant à favoriser l'égalité professionnelle, souligne une étude du Centre d'études de l'emploi (CEE) publiée ce mercredi 20.

En 2010, les agents masculins percevaient en moyenne une rémunération mensuelle totale nette supérieure de 18,9% à celle de leurs homologues féminines, soit 365 euros de plus par mois, selon cette étude réalisée à la demande du Défenseur des droits et de la Direction générale de l'administration et de la fonction publique (DGAFP). L'écart de revenu salarial net n'a baissé que d'un point dans le secteur public au cours des années 2000, même s'il est inférieur de 10 points à celui observé dans le secteur privé.

C'est au sein de la fonction publique d'Etat que l'écart de rémunération est le plus élevé (22,7%, soit 509 euros en moyenne), suivie par la fonction publique territoriale (17,5%, soit 281 euros). Il est le plus faible (6,6%, soit 125 euros en moyenne) au sein de la fonction publique hospitalière (FHP). L'étude étant restreinte aux titulaires, le personnel médical (médecins, biologistes, pharmaciens et orthodontistes) de la FPH a été exclu. En incluant ce personnel médical, composé à 44% d'hommes contre seulement 20% pour le personnel non médical, l'écart de rémunération aurait été supérieur de 17 points.

Dans chaque fonction publique, les écarts de rémunérations sont dus en partie au fait que les femmes recourent davantage au temps partiel. Dans la FHP, c'est même la cause principale. Les différences d'âge pèsent aussi davantage dans la FHP, car les femmes titulaires âgées de moins de 30 ans y sont plus nombreuses que leurs collègues masculins, mais sont moins nombreuses au-delà de 50 ans. Or dans toute fonction publique, la rémunération augmente avec l'ancienneté.

Dans les deux autres fonctions publiques, c'est la ségrégation professionnelle qui est la cause majeure des écarts de salaires. Dans la fonction publique d'Etat, la principale explication est l'accès inégal aux catégories et corps les mieux rémunérés, alors que dans la fonction publique territoriale, c'est le fait que les femmes sont moins nombreuses dans les filières les plus rémunératrices (incendie-secours et sécurité-police municipale).

L'étude a porté sur 3,77 millions de titulaires de la fonction publique: 1,56 million appartenant à la fonction publique d'Etat, 1,38 million à la fonction publique territoriale et 827.000 à la fonction publique hospitalière.

 

Dans les fonctions publiques d'Etat et territoriales, la cause majeure des écarts de salaire est la ségrégation professionnelle au détriment des femmes.


Commentaires

-