« Broken », une série Netflix pour dénoncer les dangers réels de la consommation de masse

« Broken », une série Netflix pour dénoncer les dangers réels de la consommation de masse

Publié le :

Mardi 03 Décembre 2019 - 09:24

Mise à jour :

Mercredi 04 Décembre 2019 - 08:48
DR
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A
Netflix vient de lancer une série documentaire composée de quatre films d'investigation indépendants, dans lesquels on explore les processus de fabrication et les forces culturelles derrière la demande de quatre produits phares : le maquillage, les cigarettes électroniques, les meubles bon marché et le plastique. 
 
 
Changer ses meubles régulièrement, comme ses vêtements en passant par l'accumulation d’accessoires de maquillage et de produits de beauté pas chers.  La routine aujourd'hui pour la plupart d'entre nous. Victimes consentantes de la mode. Tout en connaissant aujourd'hui les dangers tant pour notre santé que pour l'environnement. C'est ce qui caractérise la société de consommation. 
 
 
Une série documentaire pour devenir un consommateur averti
 
La série documentaire « Broken » vise à éclairer le consommateur sur les dangers de la production de masse. Les conséquences parfois désastreuses de la production et du marketing des biens de grande consommation sont dévoilées en quatre épisodes.  
 
Internet et la culture de l’influence, en passant par les réseaux sociaux, les produits qui jouent sur la dopamine, ou la crise des déchets et le plastique: chaque épisode de « Broken », qui dure environ une heure, traite des sujets de façon approfondie pour pouvoir les analyser sous tous les angles.
 
 
 
 
Consommateurs et fabricants: quelle est leur responsabilité dans le modèle actuel ?
 
Chaque épisode se termine par un appel à l'action en faveur d'une réglementation gouvernementale et d'un militantisme généralisé des consommateurs.
 
Bien que les défenseurs de l'industrie justifient les modèles actuels de production, les spectateurs sont poussés à se rendre compte qu’ils sont complices des conséquences désastreuses, en en voulant accéder à des achats toujours plus rapide et moins chers.
 
Le point commun dénoncé par les quatre épisodes: la rentabilité pour le producteur, et les dommages collatéraux pour le consommateur. Dans la fabrication de produits de maquillage, de produits de vape, de meubles bon marché et du plastique, le profit passe toujours avant la sécurité. Pourquoi, si l’on ne suit pas à la lettre et jusqu’à la fin les instructions de montage des meubles IKEA, et que l’on ne fixe pas au mur notre étagère, sommes-nous responsables en cas d’accident, lorsque l’étagère tombe sur un enfant ? Le fabricant ne devrait-il pas investir plus des moyens pour la sécurité du consommateur ? Achèterions-nous toujours chez IKEA si leurs meubles plus sûrs, mais plus chers ? C’est le type de questionnements polémiques soulevé par la série « Broken »,.
 
Son impact est potentiellement important, si elle pousse les consommateurs à délaisser les producteurs à bas-coûts, pour investir dans des produits de maquillage et des meubles de haute qualité et plus sûrs, à réduire leur consommation de plastique et à s'abstenir de vapoter et de fumer des cigarettes électroniques.
 

À lire aussi : Le recyclage des petits déchets, gros enjeu pour les ventres de tri

 
 
Netflix: un allié du citoyen face aux médias qui poussent à consommer
 
Alors que la guerre du streaming fait rage, avec les arrivées de nouveaux concurrents comme Apple TV+ et Disney+, Netflix se positionne comme créateur de tendances, en produisant dans le monde entier un contenu très populaire qui dénonce le système.
 
Avec “Living Undocumented”,  “Knock Down the House”, et maintenant « Broken », Netflix montre la partie la moins visible du système, et informe le public à un moment où l’information va si vite qu’il est difficile de se poser des questions profondes sur le sens de nos modes de vie.
 
Dans le cas de « Broken » le message est clair: il est urgent de modifier la réglementation des produits nocifs et les mesures de sécurité de fabrication. Une posture de plus en plus populaire qui gagne du poids avec ce type de production audiovisuelle.

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :


"Je ne changerais de couleur de cheveux pour rien au monde"

Commentaires

-