Affaire Maëlys: l'enquête au point mort depuis 2 mois, le mystère est total

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 27 novembre 2017 - 13:20
Image
Une affiche avec le portrait de la petite Maelys.
Crédits
©Philippe Desmazes/AFP
Le mystère sur la disparition de Maëlys de Araujo reste total.
©Philippe Desmazes/AFP
Cela fait maintenant plus de trois mois que Maëlys de Araujo a disparu. Et si dès les premiers jours, plusieurs éléments sont venus accabler Nordahl Lelandais le principal suspect, les éléments à charge ne prouvent pas la culpabilité de l'ex-militaire. Et depuis deux mois l'investigation s'embourbe entre impossibilité de découvrir le corps et soupçons sur la partialité des gendarmes.

Le cap des trois mois depuis la disparition de la petite Maëlys de Araujo est maintenant passé. Et depuis maintenant deux mois environ, l'enquête semble figée. Aucune évolution notable n'est intervenue pour éclaircir le mystère autour de la disparition de celle qui, à huit ans, s'est volatilisée de la salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin, en Isère, en marge d'une fête de mariage touchant à sa fin.

L'investigation avait pourtant rapidement commencé dès la disparition de l'enfant dans la nuit du 26 au 27 août. Les 180 invités ont été interrogés et l'un d'entre eux, Nordahl Lelandais, un ancien militaire de 34 ans, a été placé en garde à vue puis mis en examen. Bien que niant formellement les faits, plusieurs éléments à charge sont venus l'accabler. Au premier rang duquel la trace ADN de l'enfant retrouvée dans l'habitacle de son Audi A3. Niant la présence de la petite lors des premiers interrogatoires (qui pourraient être invalidés prochainement), il a dû admettre que oui, Maëlys était bien montée dans sa voiture. La petite aurait voulu vérifier la présence de chiens dans le véhicule. Un mensonge qui a immédiatement fait de l'homme le principal (et unique) suspect et l'a conduit derrière les barreaux.

Dans la foulée, plusieurs éléments sont venus assombrir le portrait de cet homme vivant chez ses parents, en arrêt maladie, renvoyé de l'armée pour des problèmes de comportement, décrit comme un petit dealer notoire et déjà condamné pour avoir incendié un restaurant. Le suspect n'a cependant aucun antécédent dans les faits qui lui sont reprochés, et aucun des éléments mis en avant ne constitue une preuve irréfutable à lui seul.

A voir: Disparition de Maëlys - Violence, manipulation et vidéos porno: les ex-compagnes de Nordahl L. dressent un portrait sombre du suspect

Nordahl Lelandais verra cependant sa défense s'ébranler avec deux nouveaux éléments. Primo, les enquêteurs vont rapidement conclure que le "petit garçon" avec lequel Maëlys, dans la version de Nordahl Lelandais, serait monté dans la voiture n'existe pas. Ce serait bel et bien seule que la petite fille amatrice de chiens est entrée dans le véhicule. Secundo, le suspect peine à convaincre que le nettoyage extrême de sa voiture le lendemain de la disparition de l'enfant puisse être motivé seulement pas son désir (avéré) de la vendre un peu plus tard. L'ex-militaire utilisera en effet des produits particulièrement agressifs, de ceux qui peuvent tromper le flair des chiens limiers de la police ou de la gendarmerie. Ce que celui qui a servi dans un bataillon cynophile et qui a brièvement lancé une affaire d'élevage canin (qui a rapidement périclité) ne pouvait pas ignorer. C'était il y a deux mois. Depuis, aucun élément n'est venu accabler le suspect, et rien ne vient alimenter la thèse de la culpabilité de Nordahl Lelandais (qui reste présumé innocent).

Depuis deux mois, les investigations se résument à des fouilles dans des étangs qui ne donnent aucun résultat, des informations difficilement vérifiables et même niées par les juges chargés de l'enquête (comme une photo d'un radar montrant une "forme blanche" dans la voiture du suspect), et une contre-attaque de la défense sur des questions de procédures. Le tout sur fond d'une opposition entre le parquet et les gendarmes ayant menés le début de l'enquête, accusé de partialité et de violation du secret de l'instruction.

Lire aussi: Exclusif – Affaire Maëlys: le frère du suspect parle, "j'ai peur pour ma famille"

Depuis deux mois, si dans les rues de Pont-de-Beauvoisin la frénésie initiale est retombée, les vitrines des magasins continuent d'afficher le portrait de la petite qui a eu neuf ans en novembre. Et rien ne vient alimenter, malgré la succession des jours, une quelconque hypothèse de l'enquête. Entre un suspect qui clame son innocence, des fouilles qui ne parviennent pas à trouver un corps, et une enquête pointée du doigt, tous les ingrédients sont réunis pour que le destin de Maëlys ne soit pas connu avant longtemps. A moins d'un improbable retournement de situation, attendu chaque jour, et qui chaque jour ne vient pas.

À LIRE AUSSI

Image
Le principal suspect dans l'affaire Maëlys, Nordahl Lelandais.
Exclusif – Affaire Maëlys: le frère du suspect parle, "j'ai peur pour ma famille"
Le principal suspect dans l'affaire de la disparition de Maëlys de Araujo est en détention provisoire depuis le 3 septembre. Depuis, les relations entre la famille du ...
24 novembre 2017 - 19:32
Société
Image
Une affiche avec le portrait de la petite Maelys.
Exclusif - Maëlys, dernière heure avant le drame: il raconte
Dans la nuit du 26 au 27 août, Maëlys de Araujo, qui accompagnait ses parents à un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère), disparaît. Douze semaines plus tard, alors que...
20 novembre 2017 - 17:32
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don