Attentat à Strasbourg - appel à témoins pour retrouver Cherif Chekatt, toujours en fuite

Attentat à Strasbourg - appel à témoins pour retrouver Cherif Chekatt, toujours en fuite

Publié le :

Mardi 11 Décembre 2018 - 20:40

Mise à jour :

Mercredi 12 Décembre 2018 - 21:00
© PATRICK HERTZOG / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Au lendemain de l'attaque qui a endeuillé Strasbourg –deux personnes décédées et un homme en mort cérébrale– le principal suspect reste introuvable. Un appel à témoins a finalement été lancé pour tenter de mettre la main sur Cherif Chekatt.

Une fusillade a éclaté à Strasbourg mardi 11 dans la soirée, vers 20h. Un individu armé a ouvert le feu dans le centre-ville. Le premier bilan faisant état de deux blessés s'est très vite alourdi pour atteindre, à 2h, 3 morts et une dizaine de blessés, dont plusieurs graves selon un bilan provisoire. Il pourrait encore évoluer. Le tireur est en fuite. Le chiffre de 4 morts a également été évoqué.

> Ce que l'on sait:

- Une fusillade a éclaté mardi soir dans le centre ville de Strasbourg, aux abords du marché de Noël de la ville. Le tireur aurait réussi à pénétrer dans la zone sécurisée avant d'ouvrir le feu dans le quartier de la "Grande Ile", où se trouve le Marché de Noël. Des militaires de l'opération Sentinelle ont alors riposté, blessant le suspect.

- Celui-ci aurait alors pris la fuite en taxi. Le chauffeur est indemne mais à 2h ce mercredi, le maire de la ville a évoqué un bilan provisoire de 4 morts et une dizaine de blessés. La préfecture a donné un dernier bilan à 3 morts et 13 blessés.

- Un important dispositif de recherches a été mis en place dans le centre-ville de Strasbourg, avec confinement de centaines de personnes ainsi que du Parlement européen. Les ratissages n'avaient encore rien donné et l'auteur de l'attaque était encore introuvable au petit matin après les faits.

- Cette attaque est officiellement considérée comme un attentat.

- L'auteur de l'attaque a été identifié comme un homme de 29 ans, connu de la justice pour des faits de droit commun et Fiché S pour radicalisation. Des perquisitions auraient été menées le matin même à son domicile et auraient débouché sur la découverte de grenades. Le nom de Cherif C. a été évoqué par certains médias mais pas confirmé par les autorités.

> Le direct:

Mise à jour à 21h00: C'est la fin de ce direct. France-Soir vous remercie de l'avoir suivi. Toutes les informations sur l'avancée de l'enquête seront à retrouver sur notre site.

Mise à jour à 20h56: 24 heures après la fusillade qui a endeuillé la ville de Strasbourg, l'action n'a toujours pas été revendiquée. Le principal suspect, lui, est toujours en fuite.

Mise à jour à 20h43: Angela Merkel a présenté ses condoléances à Emmanuel Macron. "En ces heures difficiles, l'Allemagne est aux côtés de la France" annonce la chancelière dans ce communiqué.

Mise à jour à 20h13: Jean-Luc Marx, le préfet du Bas-Rhin, a tenu une conférence de presse. Il a confirmé le bilan actuel, soit deux personnes décédées, une personne en état de mort cérébrale, six blessés en état d'urgence absolue dont deux dont le pronostic vital est très engagé et sept blessés en urgence relative. Il a également déclaré  qu'il n'a "pas relevé de faille dans le dispositif hier".

Mise à jour à 19h29: La police nationale a décidé de lancer un appel à témoins pour retrouver Chérif Chekatt, le principal suspect dans la fusillade de mardi 11 à Strasbourg. L'appel est accompagné d'une description physique de l'assaillant: "29 ans, 1,80 mètres, corpulence normale, cheveux courts, barbe éventuelle, peau mate, marque sur le front".

Mise à jour à 19h17: Lors d'un point face à la presse, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que 1.800 hommes vont être mobilisés les prochains jours pour assurer la sécurité après l'attentat de Strasbourg.

Mise à jour à 18h59: La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé que la tour Eiffel sera éteinte ce mercredi 12 à minuit pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Strasbourg.

Mise à jour à 18h42: Le club professionnel de basket de Strasbourg a remercié sur Twitter les spectateurs du match du mardi 11 décembre qui opposait l'équipe locale aux Slovènes de l'Olimpija Ljubljana. Les spectateurs sont restés confinés plusieurs heures dans la salle du Rhénus, entonnant notamment la Marseillaise.

Mise à jour à 18h28: Jeudi 13, les écoles et les princpaux équipements culturels et sportifs qui étaient fermés ce mercredi 12 rouvriront leurs portes.

Mise à jour à 18h07: La ville de Strasbourg annonce que le marché de Noël restera fermé jeudi 13.

Mise à jour à 17h42: La police du Bas-Rhin dément formellement les rumeurs courant sur les réseaux sociaux et indiquant qu'une fusillade était en cours dans un commerce de la commune d'Haguenau.

Mise à jour à 17h23: Plusieurs personnes victimes de l'auteur de l'attaque ont été blessées par arme blanche selon les Dernières nouvelles d'Alsace évoquant une source proche de l'enquête. Une des victime présente d'ailleurs une blessure profonde à l'abdomen.

Mise à jour à 16h57: Agnès Buzyn a annoncé que le pronostic vital de deux personnes blessées était engagé. Au total, 16 personnes ont été touchées lors de l'attaque. Deux d'entre elles sont mortes, une est en état de mort cérébrale et les autres sont blessées, gravement pour certains.

Mise à jour à 16h34: la préfecture de la région Grand-Est et du Bas-Rhin rapelle que la cellule d'information du public est toujours ouverte au 0 811 00 06 67 ou au 01 43 17 43 17.

Mise à jour à 16h28: d'après Le Monde, la cellule d'aide psychologique mise en place à Strasbourg a déjà accueilli 2.000 personnes.

Mise à jour à 16h23: une source proche de l'enquête a rappelé à Franceinfo que "toutes les enquêtes n'exigent pas d'avis de recherche, et que c'est donc aux enquêteurs de déterminer s'il est pertinent ou non de diffuser au public la photo et l'identité pour les besoins de l'enquête".

Mise à jour à 16h17: Paul Meyer, adjoint chargé du tourisme à la ville de Strasbourg, appelle à "refuser de céder" à la peur et à continuer de visiter sa ville. "Venez à Strasbourg, continuez à vivre comme vous viviez avant, refusez le diktat des terroristes". Le marché de Noël de Strasbourg est cependant resté fermé ce mercredi. Christophe Castaner désire d'ailleurs le rouvrir "très vite": "il ne faut pas céder sur cela".

Mise à jour à 15h53: les ministres, Christophe Castaner et son secrétaire d'Etat Laurent Nunez en tête, répondent cet après-midi aux questions des députés à l'Assemblée nationale. Laurent Nunez a ainsi expliqué à un député LR que le tireur avait bien été "suivi" par les services de renseignement à sa sortie de prison. "Malheureusement il n'a jamais été détecté de velléité de passage à l'acte".

Mise à jour à 15h37: Chérif C. était inscrit au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à carractère terroriste) depuis janvier 2016 selon BFMTV. Sa fiche S a quant à elle été émise en mai 2016.

Mise à jour à 15h31: devant l'Assemblée nationale Christophe Castaner a aussi précisé le profil de Chérif C.. Il a rappelé qu'il avait été condamné à de multiples reprises pour des faits de droit commun, ce qui avait déjà été affirmé. "Dès l'âge de 10 ans, il avait déjà un comportement qui relevait du pénal", a indiqué le ministre qui a révélé que le suspect avait écopé de sa première condamnation à l'âge de 13 ans.

Mise à jour à 15h25: Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, a annoncé que la sécurité autour de "l'ensemble des marchés de Noël" allait être renforcée. Plus de militaires vont être mobilisés dans le cadre de l'opération Sentinelle. "720 personnes sont mobilisées pour que nous puissions intercepter cet individu", a assuré le ministre.

Mise à jour à 15h19: un élan de solidarité s'est vite répandu dans Strasbourg mardi soir. Alors que certains habitants du centre-ville ouvraient leur porte aux personnes qui ne pouvaient pas rentrer chez elles, les chauffeurs de taxi se sont aussi mobilisé. Ils ont regroupé les passagers en fonction de leur destination puis "rempli les véhicules". "Les courses ont été offertes dans 95% des cas".

Mise à jour à 15h03: Chérif C., le principal suspect qui est toujours activement recherché, était bien connu des services de police pour des faits de droit commun. Il a notamment commis des vols pour lesquels il a été condamné en France, en Allemagne et en Suisse. Le journal luxembourgeois L'Essentiel a à son tour affirmé qu'il avait été impliqué dans un cambriolage au Luxembourg. "En 2012, des traces ADN lui appartenant ont été retrouvée sur les lieux d'un cambriolage".

Mise à jour à 14h56: quatre personnes sont actuellement en garde à vue dans le cadre de cette affaire. Il s'agit des parents du suspect ainsi que de ses deux frères selon Franceinfo. L'un des frères s'est d'ailleurs rendu de lui même aux autorités.

Mise à jour à 14h50: la police nationale appelle les automobilistes à ne pas signaler la présence de policiers ou de contrôles routiers à l'aide "d'appels de phare, applications, avertisseurs de radar" comme il est souvent d'usage. "Vous risquez d'aider le fugitif", a précisé la police.

Mise à jour à 14h39: "Aujourd’hui notre fille Jeanne a été victime d’un lâche, elle a reçu une balle dans le bras. Elle a été prise en charge par les secours et opérée ce soir. Elle se réveille. Nous sommes chanceux et heureux qu’elle soit toujours près de nous. Maintenant toutes nos pensées sont pour ceux qui pleurent un proche", a écrit une mère de famille, Christelle Lorho, sur Facebook. Son message a été partagé des centaines de fois.

Mise à jour à 14h18: selon une information des DNA l'identité des victimes est connue. L'une des personnes mortes était un Français, ancien salarié du Crédit agricole à Strasbourg. L'autre était un touriste d'origine thaïlandaise. La troisième personne qui est actuellement en état de mort cérébrale se prénomerait Kamal. Il est un fidèle de la Grande mosquée Eyyûb Sultant de Strasbourg qui lui a rendu hommage sur sa page Facebook et lui a envoyé ses prières. Un journaliste italien fait quant à lui partie des blessés.

Mise à jour à 14h11: Chérif C. a aussi été condamné à de la prison ferme en Allemagne. Un porte-parole du ministère de l'Intérieur du Bade-Wurtemberg l'a indiqué en précisant qu'en 2016, le jeune homme avait purgé deux ans et trois mois de prison pour des cambriolages dont un an en Allemagne avant d'être expulsé en France.

Mise à jour à 14h02: grâce aux différents témoignages reccueillis sur place et les précisions du procureur de la République de Paris ce midi on en sait un peu plus sur le parcours du terroriste que France-Soir vous résume en cliquant ici.

Mise à jour à 13h49: Le père du suspect, qui a été placé en garde à vue, habiterait dans le quartier du Neudorf.

Mise à jour à 13h43: La motion de censure de gauche déposée mardi contre le gouvernement, pour sa politique dans la crise des "gilets jaunes", doit être débattue jeudi 13 à l'Assemblée, mais ses signataires ont demandé son report après la fusillade de Strasbourg.

Mise à jour à 13h29: Suite aux déclarations du procureur de la République, France-Soir a pu retracer le parcours de l'assaillant, l'article est disponible en cliquant ici.

Mise à jour à 13h22: Selon Benjamin Griveaux, Emmanuel Macron "n'a pas souhaité s'exprimer davantage sur le sujet tant que les opérations sont en cours".

Mise à jour à 13h14: Selon les informations du Parisien, "les effectifs prévus pour sécuriser le marché de Noël ont été redéployés, peu avant l’attentat, mardi soir, en raison des incidents en marge des manifs lycéennes".

Mise à jour à 13h09: La grande mosquée de Strasbourg a fermement condamné "l'acte infâme, lâche et barbare" et a présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes. Elle a appelé "l'ensemble des mosquées de Strasbourg à consacrer un moment de prière lors du prêche de vendredi. A l'issue de celui-ci, une minute de silence et de recueillement sera observée en hommage aux victimes".

Mise à jour à 13h06: Roland Ries, maire de Strasbourg, a fait savoir lors d'une conférence de presse que la fusillade était "incontestablement un attentat".

Mise à jour à 12h55: Rémy Heitz, procureur de la République de Paris, a confirmé que quatre proches de Chérif C. étaient actuellement en garde à vue.

Mise à jour à 12h47: La perquisition au domicile du tireur a permis de saisir une grenade défensive, une arme 22 long rifle chargée, 4 couteaux dont 2 de chasse et plusieurs munitions.

Mise à jour à 12h45: L'individu a été identifié parce qu'il a expliqué au chauffeur de taxi qu'une grenade avait été découverte chez lui. Ce qui a permis aux enquêteurs de faire le rapprochement avec la perquisition qui a eu lieu à son domicile le matin des faits.

Mise à jour à 12h41: Chérif C. est né le 24 février 1989 à Strasbourg. Il est connu pour 27 faits de droit commun commis en France, en Allemagne et en Suisse. Il était connu de l'administration pénitentiaire pour sa radicalisation et son caractère prosélyte. Il était fiché au FSPRT et faisait l'objet d'une surveillance de la DGSI.

Mise à jour à 12h39: Le tireur a été blessé par des tirs de militaires de l'opération Sentinelle. Il a été vu blessé par le chauffeur de taxi qu'il a pris en otage. Lors de son transport vers le quartier de Neudorf où il s'est fait déposer, Chérif C. a tenu des propos justifiant ses actions dans le centre-ville de Strasbourg selon le chauffeur de taxi.

Mise à jour à 12h36: Le tireur a crié "Allahou akbar" alors qu'il ouvrait le feu avec une arme de poing selon des témoins, précise Rémy Heitz.

Mise à jour à 12h35: Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, a donné plus de précisions sur le derniers bilan des victimes: "Nous déplorons deux morts et une personne en état de mort cérébrale ainsi que 12 blessées dont 6 en urgence absolue".

Mise à jour à 12h22: Très fréquenté, le site du marché de Noël était sous étroite surveillance dans le contexte de menace djihadiste élevée d'autant que le lieu avait fait l’objet d’un projet d’attentat en décembre 2000, planifié par le Groupe salafiste pour la prédication et le combat algérien (GSPC).

Mise à jour à 12h15: Selon les médias allemands, le tireur présumé a été condamné en Allemagne pour vol aggravé à Singen (Bade-Wurtemberg ) et expulsé vers la France en 2017.

Mise à jour à 12h02: Selon une source proche de l'enquête, le fuyard a été fiché S en 2016, l'abréviation pour "Sûreté de l'Etat", par les services antiterroristes. Il avait été signalé par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) lors d'un passage en prison où il s'était fait remarquer pour des violences et son prosélytisme religieux

Mise à jour à 11h52: Selon l'Associated Press, qui cite une source policière, le suspect, Chérif C., aurait pas moins de 25 mentions à son casier judiciaire pour des affaires judiciaires.

Mise à jour à 11h41: le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a rencontré ce mercredi les familles des victimes de la fusillade de Strasbourg. Un centre d’accueil des familles est installé à la cité de la musique et de la danse, place Dauphine à Strasbourg. 

Mise à jour à 11h37: Les autorités traitent actuellement la fusillade à Strasbourg comme un fait de "droit commun" car la motivation terroriste de l'acte n'est pas encore "établie" selon Laurent Nunez. L'Etat islamique n'a pas encore fait de revendication par le biais de ses canaux "officiels".

Mise à jour à 11h17: Deux frères de l'assaillant présumé sont en garde à vue ce mercredi. L'un d'eux ferait l'objet d'une fiche S selon Le Figaro.

Mise à jour à 11h12: La préfecture du Grand-Est donne un nouveau fois le bilan de l'attaque, établi à trois morts et 13 blessés. Une personne aurait succombé à ses blessures.

Mise à jour à 11h02: Sur France info, le maire de Strasbourg a raconté un face-à-face entre le tireur présumé et des policiers vers 22h dans le quartier Neudorf. Les forces de l'ordre "marchaient sur une piste cyclable quand il (le suspect, Chérif C., NDLR) s'est approché d'eux. Ils étaient dans l'obscurité. Ils lui ont braqué sur la figure une torche qui l'a aveuglé mais il a immédiatement tiré sur eux et donc ils ont riposté", a fait savoir l'édile. C'est lors de cette confrontation que l'individu "aurait été blessé au bras".

Mise à jour à 10h51: Laurent Nunez, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, a fait savoir sur France info que cinq personnes avaient été interpellées dans des affaires de droits communs. Elles sont présentées comme des proches de l'auteur de la fusillade.

Mise à jour à 10h46: Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, doit prendre la parole à midi ce mercredi pour faire un point sur la situation au lendemain de la fusillade qui a fait 2 morts selon un dernier bilan donné par la préfecture.

Mise à jour à 10h15: la préfecture de la région Grand-Est a revu son bilan humain à la baisse. Les autorités annoncent désormais 2 morts et 14 blessés dont 9 graves.

Mise à jour à 9h53: Une minute de silence va être respectée à 10h au Parlement européen, et une autre à 11h sur le parvis du siège de la Région à Strasbourg.

Mise à jour à 9h39: à la frontière, au niveau de la ville de Kehl notamment, les contrôles ont été renforcés et les autorités fouillent tous les véhicules. Sur Twitter, les personnes bloquées dans ces embouteillages évoquent jusqu'à une heure d'attente pour pouvoir passer. 

Mise à jour à 9h26: Qui est Chérif C., le terroriste présumé qui a ouvert le feu hier soir à Strasbourg faisant au moins 3 morts et 13 blessés? Lire ici notre article dépeignant le portrait de ce jeune homme fiché S pour sa radicalisation islamiste:

> Attentat de Strasbourg: qui est Chérif C. le terroriste présumé?

Mise à jour à 9h03: Le porte-parole de l'armée française, Patrik Steiger, a déclaré que le tireur ne visait pas les militaires en patrouille sur et autour du marché de Noël, mais les civils.

Mise à jour 8h50: selon Laurent Nunez, le terroriste présumé de Strasbourg n'aurait pas cherché à rejoindre la Syrie.

Mise à jour à 8h40: plusieurs rumeurs indiquaient une intervention des forces de l'ordre autour de la cathédrale de Strasbourg ce mercredi matin. Information démentie par Laurent Nunez sur France Inter. Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur a précisé que le terroriste pouvait avoir quitté la France.

Mise à jour à 8h15: la préfecture a communiqué le dernier bilan humain provisoire qui est de 16 victimes au total. Trois personnes sont décédées. Huit autres comptent parmi les blessés graves. Et cinq individus figurent parmi les blessés légers.

Mise à jour à 7h54: selon Le Figaro, Chérif C. a fait l'objet de 20 condamnations pour des faits de droit commun en France et en Allemagne par le passé. 

Mise à jour à 7h40: Le terroriste présumé pourrait être un certain Chérif C. un Strasbourgeois de 29 ans, fiché S du fait de sa radicalisation et déjà condamné par le passé pour des faits de droit commun.

Mise à jour à 7h02: Après cette attaque le gouvernement a porté le niveau du plan Vigipirate à "urgence attentat", a annoncé le ministre de l'Intérieur.

Mise à jour à 6h50: Le suspect qui a causé la mort d'au moins trois personnes et fait plusieurs blessés dans l'attentat du Marché de Noël mardi soir à Strasbourg est toujours activement recherché par les autorités. Quelque 350 personnes, dont 100 membres de la police judiciaire, des militaires et deux hélicoptères, sont aux trousses de l'assaillant, a indiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Mise à jour à 02h00: Les cours sont suspendus mercredi matin dans les écoles maternelles et élémentaires de la ville. L'accueil sera assuré mais les parents sont invités à garder leurs enfants chez eux si possible.

Mise à jour à 01h38: Une partie du confinement des Strasbourgeois a été levé et les habitants sont évacués vers le Nord de la ville, mais la zone au Sud de la place Gutenberg reste bouclée. Certains habitants sont hébergés dans des gymnases ou des écoles. La chasse à l'homme se poursuit.

Mise à jour à 01h16: Le maire de Strasbourg a parlé à l'AFP de "4 morts et une dizaine de blessés dont trois ou quatre pour lesquels le pronostic vital peut être engagé", mais le chiffre n'avait pas encore été confirmé par les services de l'Etat. Ces informations sont à prendre avec précautions. La police nationale continue d'appeler à éviter le secteur de Neudorf.

Mise à jour à 01h01: L'inquiétude et l'angoisse demeurent à Strasbourg. Le tireur n'a pas été retrouvé malgré le déploiement des forces de l'ordre. Il apparaît donc possible qu'il ait quitté le secteur, se soit retranché seul, ait pris des otages ou encore ait succombé à ses blessures. La situation était d'autant plus complexe que les habitants, dont plusieurs centaines sont encore confinés, ignorent s'ils pourront sortir de chez eux demain matin.
La préfecture a communiqué sur les moyens d'évacuer la zone à risques.

Mise à jour à 00h56: Le tireur aurait pris un taxi pour s'échapper après avoir ouvert le feu et été touché par un militaire de Sentinelle. Le chauffeur, indemne, aurait pu être entendu par les autorités.

Rappel: Le marché de Noël de Strasbourg est une cible connue des terroristes. Fin 2016, plusieurs personnes suspectées de préparer un attentat avaient été interpellées peu avant son ouverture. Quelques jours plus tard, le Marché de Noël de Berlin était le thèatre d'une attaque. L'évènement est particulièrement sécurisé depuis alors qu'il accueille quelque 2 millions de visiteurs par an.

Mise à jour à 00h42: Plusieurs salles de spectacle seront fermées mercredi 12 à Strasbourg. Les écoles pourraient également être concernées si l'individu n'a pas été neutralisé. Le Marché de Noël devrait rouvrir jeudi 13. Emmanuel Macron est arrivé Place Beauvau pour participer à la cellule interministérielle.

Mise à jour à 00h35: "L'assassin n'a toujours pas été retrouvé", et a "pu échapper au contrôle et pu commettre ces assassinats au coeur de la bulle" de sécurité, a déclaré sur BFMTV le maire de Strasbourg. Le confinement demeurait de mise dans une grande partie de la villle qui sera en deuil mercredi 12.

Mise à jour à 00h23: "Compte tenu des événements en cours à #Strasbourg, les accès à l'A35 sont coupés (Nord et Sud) ainsi que l'accès à la RN4 vers Khel. Merci d'éviter les déplacements dans ce secteur", a tweeté la préfecture de la région Grand Est.

Mise à jour à 00h12: Selon Les Dernières nouvelles d'Alsace, les recherches s'orienteraient désormais dans le quartier des Poteries, dans l'Ouest de la ville.

Mise à jour à 00h07: Christophe Castaner est arrivé à Strasbourg. Quelques 2.000 personnes seraient encore confinées dans le Parlement européen. 
Les "Safety Check de Facebook a été déclenché afin de permettre aux habitants de signaler qu'ils sont en sécurité. Le ministère de l'Intérieur invirte à l'utiliser.

Edouard Philippe active la cellule interministérielle

Mise à jour à 00h01: Edouard Philippe a activé la cellule interministérielle destinée à échanger le informations entre les différentes adminisration concernées. Une enquête pour assassinats et tentatives d'assassinats en lien avec une entreprise terroriste a été ouverte. La chasse à l'homme est toujours en cours.

Mise à jour à 23 h52: Les réactions politiques se succèdent: "Nous sommes ensemble la République face aux assassins. Pensées solidaires aux familles. pour Olivier Faure (PS); "Toutes nos pensées vont vers les victimes de la tuerie islamiste de #Strasbourg et leurs proches, ainsi que vers les forces de l’ordre et les équipes de secours. Un changement radical doit intervenir, puisque la politique contre le terrorisme est manifestement défaillante", pour Marine Le Pen. "Qu’attendons-nous pour enfin livrer bataille pour éradiquer l'intégrisme qui nous a déclaré la guerre ?" pour Laurent Wuaqyuiez (LR). 

Mise à jour à 23h41: Le secteur de la Grande Ile de Strasbourg est toujours bouclé, a fait savoir la préfecture de la région Grand Est qui ne confirme pas le chiffre de 4 morts et continue de parler de deux personnes décédées. Les habitants sont confinés. Un ratissage de la zone est en cours et a permis d'exclure certains secteurs. Plusieurs témoignages sont venus appuyer la présence du tireur, mais il n'aurait pas encore été localisé. 

Mise à jour à 23h32: Un nom et une photo présentés comme ceux du tireur circulent sur les réseaux sociaux. Toutetois, l'identité du suspect, bien que connue des autorités, n'a pas été confirmée de source officiel. Les informations de ce type sont donc à prendre avec précaution et les autorités invitent à ne pas les partager sans preuve. 

Mise à jour à 23h27: Le suspect devait être interpellé ce mardi matin dans le cadre d'une affaire de braquage. Une chasse à l'homme est en cours pour tenter de localiser l'individu.

Mise à jour à 23h21: Selon DNA, le tireur présumé est un homme de 29 ans, né en février 1989 à Strasbourg, il "aurait été condamné en 2011 à deux ans de prison, dont six mois ferme pour une agression avec arme (des tessons de bouteille)".

Mise à jour à 23h05: L'opération de police qui a eu lieu rue d'Epinal dans le quartier de Neudorf s'est révélée infructueuse. Le tireur est donc toujours dans la nature et activement recherché.

Mise à jour à 22h55: Selon le Figaro, qui cite la mairie de Strasbourg, une seconde opération des forces de l'ordre serait en cours au niveau de la place Broglie. "Il y a un soupçon avéré sur une deuxième personne", a fait savoir une source municipale au quotidien.

Mise à jour à 22h48: Le chiffre de 4 morts a été évoqué sans être confirmé par les autorités. 

Mise à jour à 22h46: Selon BFMTV, des grenades auraient été trouvées par les policiers lors de la perquisition menée au domicile du tireur ce mardi matin (il devait a priori être interpellé pour homicide). 

Mise à jour à 22h41: Selon une journaliste de France Télévision "l'auteur de la Fusillade à Strasbourg devait être interpellé ce matin pour homicide mais il ne se trouvait pas chez lui".

Mise à jour à 22h36: Un assaut serait en cours selon Les Dernières Nouvelles d'Alsace au 5 de la rue d'Epinal dans le quartier du Neudorf au le tireur serait retranché. "Ca ne sert à rien de te retrancher", lui auraient crié les forces de l'ordre selon le quotidien.

Mise à jour à 22h33: Robert Hermann, adjoint à la sécurité de la métropole de Strasbourg, a fait savoir sur BFMTV que le tireur était "en liberté", contredisant certains médias qui annoncent qu'il a été cerné par les forces de l'ordre.

Mise à jour à 22h25: Un nouveau bilan provisoire fait état de 13 victimes dont 2 personnes décédées, 7 blessés graves et 4 blessés légers. Un militaire de Sentinelle ferait partie des blessés.

Mise à jour à 22h23: les hommes du Raid, la force d'intervention d'élite de la police nationale, sont déployés rue d'Epinal, soutenus par des militaires de l'opération Sentinelle. 

Mise à jour à 22h13: L'auteur de la fusillade, désormais considérée comme un attentat, serait bien retranché rue d'Epinal dans le quartier Neudorf selon Le Figaro. Il est cerné par les forces de l'ordre. De nombreux coups de feu ont été entendus.

Mise à jour à 22h10: Une vidéo amateur où l'on entend distinctement des coups de feu a été diffusée sur les réseaux sociaux. Il pourrait s'agir d'un échange de tirs entre l'assaillant et les militaires de Sentinelle.

Mise à jour à 22h07: Une arme automatique et une arme blanche ont été utilisées dans l'auteur de la fusillade de Strasbourg, selon les informations recueillies par franceinfo. 

Mise à jour à 22h04: L'intervention de police serait toujours en cours dans le quartier très central et résidentiel du Neudorf. Des témoins évoquent de nouveaux coups de feu. Les autorités ont d'ores et déjà appelé les habitants de ce quartier à rester confinés pour des raisons de sécurité évidentes.

Mise à jour à 22h: La section anti-terroriste du parquet de Paris est entrée en lien avec le parquet de Strasbourg. La piste terroriste est retenue.

Mise à jour à 21h54: Toujours selon les DNA, le tireur aurait été blessé par des militaires de l'opération Sentinelle qui patrouillaient près du marché de Noël avant de prendre la fuite. L'individu est connu des services de police et serait fiché S pour radicalisation.

Mise à jour à 21h52: Les autorités ont ouvert une cellule d'information pour le public joignable au 0 811 000 667. Celle-ci est réservée aux urgences et ne doit en aucun cas être saturée.

Mise à jour à 21h45: "Une opération de police est en cours à Neudorf dans le secteur de la rue d'Epinal. Des coups de feu ont été tirés et des cris ont été entendus", rapporte le journal régional Les Dernières Nouvelles d'Alsace. Un nouveau bilan fait état de 2 morts. En outre, 11 blessés sont à déplorer, dont 2 seraient dans un état grave.

Mise à jour à 21h42: Le bilan est maintenu à 1 mort, infirmant les informations du Progrès. Il y aurait bien 11 blessés en outre.

Mise à jour à 21h37: la préfecture annonce que le tireur, qui est toujours en fuite, a été identifié par les forces de l'ordre.

Mise à jour à 21h35: La mairie de Strasbourg annonce qu'il s'agit d'un attentat terroriste. Un nouveau bilan fait état de 3 morts et de 11 blessés selon des sources proches de l'Intérieur citée par Le Progrès. 

Mise à jour à 21h30: Sur les réseaux sociaux, des particuliers donnent leur adresse et le code de la porte de leur immeuble pour que des personnes qui ne se trouveraient pas en sécurité puissent s'y réfugier, comme cela avait déjà été le cas lors de précédentes attaques.

Mise à jour à 21h27: "Je suis la situation au centre de veille du ministère de l’Intérieur avec Laurent Nunez. Nos services de sécurité et secours sont mobilisés. Ne propagez pas de rumeurs et suivez les conseils des autorités", a fait savoir le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sur les réseaux sociaux.

Mise à jour à 21h23: Les transports ont été interrompus dans toute la ville de Strasbourg suite à l'attaque. Les forces de l'ordre restent très activement à la recherche du tireur, quia réussi à fuir après la fusillade.

Mise à jour à 21h19: Le bilan s'alourdit encore, les sources locales évoquent désormais 1 mort et 9 blessés. Le plan blanc a été déclenché pour parer à l'afflux de victimes. 

Mise à jour à 21h11: L'Agence France Presse annonce désormais 1mort et 6 blessés.

Mise à jour à 21h10: De nombreuses personnes ont expliqué sur les réseaux sociaux qu'elles étaient confinées dans les bars et les magasins proches des lieux de la fusillade, un quartier très fréquenté en cette période de Noël. Il est nécessaire de ne rien divulguer sur les réseaux sociaux qui pourraient renseigner l'individu recherché comme le rappellent les autorités.

Mise à jour à 21h03: Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, se trouvait à l'Elysée lors de l'annonce de la fusillade. Il a quitté le palais présidentiel pour rejoindre son ministère et une probable cellule de crise.

Mise à jour à 20h58: Les Dernières Nouvelles d'Alsace font désormais état d'un bilan provisoire qui a été émis par la mairie de 5 victimes. On ignore à ce stade si elles sont décédées ou simplement blessées. 

Mise à jour à 20h54: Selon Le Figaro qui cite le maire de Strasbourg Roland Ries, "le tireur n'a pas été appréhendé à ce stade. La mairie invite les habitants à rester chez eux".

Mise à jour à 20h46: L'agence de presses Reuters annonce qu'une personne est morte et que trois autres ont été blessées, selon une source interne aux services de secours.

Un suspect aurait potentiellement pris la fuite.

La préfecture du Grand Est a demandé de ne pas diffuser de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux et d'éviter le secteur.

L'auteur de la fusillade, désormais considérée comme un attentat, est toujours recherché.


Commentaires

-