Alsace: une église dégradée par des tags sataniques

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 08 mars 2019 - 15:45
Image
Gendarmerie-Enseigne-Illustration
Crédits
©Frédéric Bisson/Flickr
Des paroissiens ont découvert des dégradations commises sur l’église catholique de Reichstett dans le Bas-Rhin.
©Frédéric Bisson/Flickr

Des paroissiens ont découvert des dégradations commises sur l’église catholique de Reichstett dans le Bas-Rhin, réalisées dans la nuit de mardi 5 à mercredi 6. Des tags à caractères sataniques ont été découverts.

Le maire de Reichstett, Georges Schuler (LR), est consterné et a porté plainte. L'église de ce petit village du Bas-Rhin a été dégradée dans la nuit de mardi à mercredi. L'un des vitraux centenaires a été brisé, de même que la totalité des fenêtres (en verre renforcé) des toilettes attenantes au lieu de culte. Des tags à caractères sataniques ont été découverts par les paroissiens sur un des murs du bâtiment.

"Ça questionne sur le respect porté aux édifices religieux. Lors d'Halloween, c'était le temple protestant qui avait été visé. Et maintenant, ça continue avec l'église...", a fait savoir le maire de la commune auprès de France 3. Et d'ajouter: "On aimerait questionner les auteurs, comprendre leurs raisons. C'est à cause de leur environnement familial? Du système éducatif? De la surmédiatisation? Ou de la laïcité du pays? Attaquer des temples, des églises, des lieux religieux: ça représente quelque chose. C'est une attaque de la liberté de culte".

Lire aussi - Saint-Denis: intrusion dans la basilique, l'orgue dégradé et des vitraux cassés

Une plainte a été déposée et les gendarmes ont fait le déplacement afin de procéder aux relevés nécessaires à l'identification du ou des auteurs des dégradations. Des riverains ayant entendu des éclats de voix d'adolescents entre 22 h et 23h. Les militaires ont effectué des prélèvements d'empreintes.

Interrogé par BFMTV le curé de la paroisse, Gabriel Tchonang, estime qu'on "ne peut pas aujourd’hui jouer le tout-sécuritaire pour espérer contrer le phénomène", par conséquent, il refuse d'installer un lourd dispositif de sécurité. Et d'ajouter: "Je pense que la réflexion doit se faire plus en amont et que le mal est plus global".

Voir:

Fontainebleau: incendie criminel dans une église, peut-être des "profanations"

Metz: 54 tombes d'un cimetière profanées, les crucifix ont été brisés et des statues décapitées (photo)

Saint-Etienne-du-Rouvray: un rituel de "réparation" pour "laver" la profanation de l'église

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.