Attentat de Carcassonne: le CRS blessé par le djihadiste a quitté l'hôpital

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 30 mars 2018 - 18:32
Image
CRS en intervention lors des manifestations contre la Loi travail, le 12 septembre 2017 à Lyon.
Crédits
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP/Archives
Frédéric, le CRS qui avait été grièvement blessé par Radaoune Lakdim, est sorti de l'hôpital.
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP/Archives
Le CRS blessé par balle par Radouane Lakdim, avant la prise d'otage du Super U de Trèbes, a quitté l'hôpital de Carcassonne mardi dans la matinée. Il a regagné son domicile de Marseille.

Il va désormais entamer une période de convalescence. Frédéric, le CRS qui avait été grièvement blessé par le djihadiste Radaoune Lakdim vendredi 23 à Carcassonne, est sorti de l'hôpital mardi 27 et a pu regagner son domicile situé à Marseille.

Le blessé était sur le point de rejoindre sa caserne avec quatre collègues, quand le petit groupe a été pris pour cible par des coups de feu tirés par Radaoune Lakdim. Frédéric s'écroule, touché au torse alors que les autres fonctionnaires se mettent à l'abri. Le djihadiste présumé prend alors la fuite. Les CRS se ruent alors aux côtés de leur collègue blessé et appliquant des points de compressions sur ses blessures qui lui voudront d'avoir la vie sauve. Pris en charge par les secours, il est rapidement médicalisé.

"Il m’a dit qu’il s’était vu partir. Ses blessures saignaient. Heureusement, ses collègues, qui sont formés à cela, ont immédiatement mis en place des points de compression pour stopper les hémorragies", a expliqué le frère de la victime au Parisien.

"Il a reçu une balle, il a eu les deux côtes cassées et un poumon perforé. Il est quand même sorti de l'hôpital aujourd'hui, donc son état de santé va mieux", a fait savoir Guy Molina, responsable de l'unité de police CRS zone sud.

Voir aussi - A Carcassonne, dans la caserne du colonel Beltrame, un hommage poignant

La compagnie de CRS à laquelle appartient Frédéric est normalement basée à Marseille mais se trouvait à Carcassonne pour une mission de sécurisation à Toulouse. Elle a regagné la cité phocéenne mardi. Frédéric a tenu à être présent pour saluer ses camarades. Les quatre hommes pris pour cible par le terroriste ne reprendront pas le service avant plusieurs jours.

L’autre blessé grièvement touché, Renato Silva (de nationalité portugaise), est toujours hospitalisé à Perpignan. Touché d’une balle dans la tête, le conducteur de l’Opel volée par le terroriste et dont le passager, Jean Mazières, a été abattu, est toujours plongé dans le coma. Le président de la République de Portugal appelle chaque jour les parents au téléphone pour prendre des nouvelles du jeune homme.

À LIRE AUSSI

Image
Minute de silence de ses collègues gendarmes en l'honneur du Colonel Arnaud Beltrame dans la caserne de Carcassonne mercredi 28 mars
A Carcassonne, dans la caserne du colonel Beltrame, un hommage poignant
Près d'une centaine d'hommes et de femmes se sont rassemblés mercredi dans la cour de la petite caserne de Carcassonne, où était affecté le colonel Arnaud Beltrame, po...
28 mars 2018 - 13:24
Image
Dammartin Assaut Tireur GIGN
Attentat près de Carcassonne: le parcours meurtrier du terroriste de Trèbes
Le terroriste qui a pénétré et ouvert le feu dans le Super U de Trèbes ce vendredi matin a commencé son opération mortelle à Carcassonne en attaquant des automobiliste...
23 mars 2018 - 15:45
Société
Image
Des militaires de l'opération Sentinelle patrouillent à La Défense près de Paris, le 31 août 2017
Attentat près de Carcassonne: la France retrouve le terrorisme après six mois
Selon Edouard Philippe "Tout laisse à penser" que la prise d'otage du supermarché de Tarbes (Aude) est "un acte terroriste". Une situation que la France n'avait pas co...
23 mars 2018 - 15:32
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.