Attentat déjoué en France: qu'est-ce que la ricine, un poison envisagé par les terroristes

Attentat déjoué en France: qu'est-ce que la ricine, un poison envisagé par les terroristes

Publié le :

Vendredi 18 Mai 2018 - 12:32

Mise à jour :

Vendredi 18 Mai 2018 - 12:39
Gérard Collomb a déclaré ce vendredi qu'un projet d'attentat avait été déjoué. Deux frères, d'origine égyptienne, auraient envisagé d'employer de la ricine, un poison très toxique.
©Wikimedia Commons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un nouvel attentat, à l'explosif ou "au poison", a été déjoué en France, conduisant à l'arrestation de deux frères d'origine égyptienne, a annoncé ce vendredi 18 Gérard Collomb. "Il y avait deux jeunes gens d'origine égyptienne qui s'apprêtaient à commettre un attentat, avec soit de l'explosif soit à la ricine, ce poison (...) très fort", a déclaré le ministre de l'Intérieur sur BFMTV.

"Ils avaient des tutoriels qui indiquaient comment construire les poisons à base de ricine", a-t-il poursuivi, indiquant que les deux hommes échangeaient sur la messagerie cryptée Telegram.

Lire - Un nouvel attentat déjoué, deux frères d'origine égyptienne arrêtés, annonce Collomb

La ricine est un poison peu coûteux, facile à produire et perçu comme le plus toxique du règne végétal. Considérée comme une arme biologique, ce poison est en effet 6.000 fois plus toxique que le cyanure. En cas d'ingestion de la ricine, les cellules de l'estomac, des intestins ou des poumons sont détruites les unes après les autres par une puissante toxine qui s'attaquera ensuite aux différents organes jusqu'à la mort de la victime.

Et lorsque l'on est contaminé par voie respiratoire, le ricine serait "mille fois plus toxique", à en croire l'Institut français de veille sanitaire (InVS). Un dixième de gramme serait ainsi suffisant pour tuer un homme de cent kilos. 

Entre novembre 2003 et février 2004, le Sénat américain et la Maison Blanche avait été la cible d'une attaque à la ricine, envoyée par courrier sous forme de poudre, sans faire de victimes. Le cas le plus célèbre remonte à 1978, quand un transfuge bulgare, Gueorgi Markov, avait été piqué à la cuisse par un parapluie (dit par la suite "parapluie bulgare") tenu par un homme alors qu'il attendait son bus à Londres. Il était mort quatre jours plus tard.

Voir aussi - Terrorisme: un risque d'attaque chimique réel mais faible

Si aucun antidote n'existe actuellement pour un empoisonnement à la ricine, "des recherches menées par l'armée française ont toutefois permis de mettre au point un un anticorps capable d'inhiber la ricine, sous forme d'aérosol, qui doit encore aujourd'hui être validé sur le terrain pharmacologique", note BFMTV.

Malgré sa dangerosité, il est important de noter que ce poison peut difficilement être utilisé pour perpétrer des attentats de masse mais semble nettement plus destiné à des assassinats ciblés. Le mode de production d'un gaz à la ricine demande notamment des compétences techniques importantes et une très lourde logistique. D'autant que seuls des "modes d'emploi" ont été découvert lors des perquisitions et que rien n'indique que les suspects étaient en mesure de réaliser ce poison mortel.

La ricine est un poison végétal peu coûteux et facile à produire.


Commentaires

-