Attentat en Isère: le suspect aurait pris un selfie avec la tête de sa victime

Attentat en Isère: le suspect aurait pris un selfie avec la tête de sa victime

Publié le :

Dimanche 28 Juin 2015 - 09:30

Mise à jour :

Dimanche 28 Juin 2015 - 09:41
©Emmanuel Foudrot/Reuters
PARTAGER :
-A +A

Selon une source proche du dossier, Yassin Salhi, auteur présumé de l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier vendredi 26, aurait pris et envoyé un selfie le montrant avec la tête de sa victime. Il aurait commencé à parler aux enquêteurs.

La nouvelle ajoute encore à l'horreur de l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) du vendredi 26 juin. L'auteur présumé de l'attaque et du meurtre de son patron, Yassin Sahli, aurait envoyé avant d'être capturé un selfie (un autoportrait avec son téléphone portable) montrant la tête de sa victime décapitée.

Selon une source proche de l'enquête citée par Le Monde, l'examen du téléphone portable du suspect aurait permis de retrouver deux photos: l'une de la tête de la victime, et l'autre montrant Yassin Sahli posant à côté.

Les images auraient été envoyées via l'application de messagerie WathsApp vers un numéro canadien. Cela ne signifie cependant pas forcément que le destinataire se trouvait au Canada. Il pourrait s'agir d'un numéro piraté pour dissimuler la localisation de son propriétaire. Les autorités canadiennes ont annoncé collaborer avec la France pour retrouver le destinataire du macabre message.

La victime décapitée est Hervé Cornara, 54 ans, le patron de l'entreprise de livraison dans laquelle travaillait Yassin Sahli. La tête a été retrouvée accrochée aux grilles du site d'Air Products où à eu lieu l'attaque.

Bien que le salafiste aurait donc eu un contact, les enquêteurs semblent toujours privilégier la thèse du "loup solitaire". Yassin Sahli a en effet visé un site qu'il connaissait pour y avoir effectué des livraisons, plutôt qu'à un lieu symbolique. Aucune arme ni matériel de propagande n'ont été retrouvés à son domicile. Les enquêteurs restent cependant à la recherche d'éventuelles complices.

Après avoir feint l'amnésie puis s'être réfugié dans le silence, Yassin Sahli aurait commencé à parler aux enquêteurs, revenant sur le déroulé des faits. Sa garde à vue, débutée vendredi 26, peut être prolongée jusqu'à 96 heures avant sa plus que probable mise en examen. 

 

La tête du patron de Yassin Sahli avait été retrouvée sur le site de l'attentat, couverte d'inscriptions en arabe.


Commentaires

-