Attentats du RER B: vingt ans plus tard, une plaque en hommage aux victimes

Attentats du RER B: vingt ans plus tard, une plaque en hommage aux victimes

Publié le :

Samedi 25 Juillet 2015 - 17:43

Mise à jour :

Samedi 25 Juillet 2015 - 18:04
Vingt ans jour pour jour après l'attentat du RER B qui a fait huit morts et 120 blessés à Saint Michel (Paris), les proches des victimes se sont rassemblées ce samedi dans cette station de métro où ils ont apposé une plaque commémorative "afin que nul n'oublie".
©Meigneux/Sipa
PARTAGER :
-A +A

"Dans cette gare, le 25 juillet 1995, un acte de terrorisme a blessé de nombreuses personnes, huit victimes sont décédées". Ce samedi, "afin que nul n'oublie",  les proches des victimes de l'attentat du RER B ont apposé une plaque commémorative en hommage à leurs morts à la station de métro Saint Michel. De nombreuses fleurs et banderoles ont également été déposées devant. 

Il y a vingt ans jour pour jour, une bouteille de gaz explosait dans une rame du RER B, au niveau de la station Saint Michel, blessant 120 personnes et en tuant huit: Annie Aupeix, 55 ans, Véronique Brocheriou, 26 ans, Maria Isabel Costa Barbosa, 32 ans, Maria Odette Garcia Ferreira, 31 ans, Sandrine Girier-Dufournier, 24 ans, Jean Groll, 57 ans et Alexandre Hurtaud, 16 ans. Pierre-Henri Froment, 35 ans, avait, quant à lui succombé à ses blessures quelques mois plus tard.

Commandité par le Groupe islamique armé (GIA) algérien afin de punir la France qui affichait son soutien à Alger, l'attentat de la station Saint-Michel a marqué le début d'une série noire d'autres attaques dans l'Hexagone qui causeront la mort de 12 personnes au total jusqu'en décembre 1996. Si la plupart de ses auteurs sont aujourd'hui décédés ou en prison, l'un d'entre eux, Smaïn Aït Ali Belkacem, a refait parler de lui après les attentats du début de l'année. En effet, suite aux atrocités de janvier 2015, on avait appris qu'Amedy Coulibaly, l'auteur de la tuerie de l'Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, avait été condamné en mai 2010 pour un projet d'évasion le concernant. Au grand désespoir des proches des morts de l'attentat du RER B.

"J’ai été particulièrement secouée par les attentats de janvier, d’autant qu’il y a un lien entre les personnes qui ont commis ces attentats et les personnes qui ont commis les attentats du 25 juillet 95, ça m’a vraiment énormément secouée et c’était vraiment important pour moi de venir ici, sur les lieux, avec les autres victimes. Beaucoup d’émotion", a en effet confié ce samedi Isabelle, la nièce de l'une des victimes, à France Info, alors que la cérémonie a également lieu en compagnie notamment d'Elisabeth Borne, PDG de la RATP, et de Françoise Rudetzki, fondatrice de SOS Attentats et désormais déléguée au terrorisme à la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac). 

 

Deux rames du RER B. (Photo d'illustration).


Commentaires

-