Barreaux sciés et corde en draps: évasion au CRA de Palaiseau

Barreaux sciés et corde en draps: évasion au CRA de Palaiseau

Publié le :

Mercredi 17 Janvier 2018 - 12:49

Mise à jour :

Mercredi 17 Janvier 2018 - 12:57
Quatre "retenus" se sont évadés dans la nuit de mardi à ce mercredi du centre de rétention administrative (CRA) de Palaiseau (Essonne) en sciant les barreaux et nouant des draps. Depuis quelques mois, policiers et associations dénoncent la pression accrue dans ces centres de rétention pour étrangers en situation irrégulière.
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'évasion est digne d'un Western spaghetti. C'est pourtant dans la nuit de mardi 16 à ce mercredi 17 qu'elle s'est déroulée, et non pas dans le Far West mais à Palaiseau, dans l'Essonne.

Il faut dire qu'il ne s'agissait pas d'une prison ou d'une maison d'arrêt mais d'un centre de rétention administrative (CRA), bâtiment surveillé où l'administration peut retenir, pour une durée limitée et sous contrôle juridictionnel, les étrangers faisant l'objet d'une procédure d'éloignement et ne pouvant pas quitter immédiatement la France.

Quatre de ses "pensionnaires" se sont échappés en utilisant des moyens rudimentaires mais classiques. Ils ont en effet scié les barreaux bloquant l'une des fenêtres et ont noué des draps afin de se créer une corde pour descendre le long du mur. Une image qui n'a semble-t-il pas fait rire les policiers en charge de la surveillance du CRA en question.

Lire aussi: Immigration irrégulière - les centres de rétention, "une cocotte-minute"

"Les Policiers du CRA sont à bout de souffle et attendent les renforts annoncés. (...) Les collègues doivent laisser libre de circulation les retenus, ce qui rend impossible une surveillance efficace de leur action. Sans compter les mutineries et agressions régulières auxquelles ils doivent faire face", déplore le syndicat Unsa Police 91 dans les colonnes du Parisien.

Depuis l'attaque de Marseille le 1er octobre dernier durant laquelle deux femmes ont été tuées par un homme qui aurait dû être placé en CRA, le ministère de l'Intérieur a demandé que ces centres soient davantage utilisés.

Ce qui selon policiers et associations d'aide aux migrants crée davantage de tensions. De plus en plus de personnes placées en rétention qui craignent une issue négative à leur sortie du CRA et donc une expulsion seraient prêtes à se rebeller pour l'éviter.

Le centre de rétention administrative (CRA) de Palaiseau a été le théâtre d'une quadruple évasion (illustration).


Commentaires

-