Bergerac: la CAF coupe les aides de centres sociaux ouverts tard pour le Ramadan

Bergerac: la CAF coupe les aides de centres sociaux ouverts tard pour le Ramadan

Publié le :

Mardi 05 Juin 2018 - 17:39

Mise à jour :

Mardi 05 Juin 2018 - 17:50
©Frederick Florin/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Deux centres sociaux de Bergerac restent ouverts pendant le Ramadan jusqu’à 1h du matin. La Caf de Dordogne y voyant une rupture des principes de neutralité et de laïcité, elle a décidé de suspendre le versement des aides.

Pour l'organisme public, il s'agit d'une rupture des principes de neutralité et de laïcité. En Dordogne, la Caisse d'allocations familiales (CAF) a suspendu l'agrément et les subventions qu'elle accorde à deux maisons de quartiers de Bergerac, car ces dernières fermaient leurs portes plus tard pour cause de Ramadan.

Michel Beylot, le directeur de la Caf de Dordogne, a donc estimé que cette justification présentait une rupture des principes de neutralité et de laïcité auxquels sont tenus les organismes publics. Les centres sociaux de Naillac et de La Catte avaient en effet décalé leurs horaires pour rester ouverts jusqu'à 1h du matin. Les aides publiques à ces deux centres sociaux s'élèvent à 300.00 euros par an. La CAF a souligné avoir alerté la municipalité à plusieurs reprises avant d'acter cette suspension des aides.

Lire aussi - Début du ramadan, dans un climat politique toujours tendu sur l'islam

Une décision que conteste le maire de Bergerac, Daniel Garrigue. "Pendant cette période, les gens mangent plus tard et sortent plus tard en soirée. Ça posait parfois des problèmes de tapages nocturnes. On a donc choisi d’ouvrir ces lieux pour éviter les tensions et permettre à ces gens, souvent jeunes de jouer aux cartes ou autre", a expliqué l’élu à France Bleu Périgord qui ajoute qu'il a agit de cette façon pour des raisons d'ordre publique.

Selon lui, "la religion n’a rien à voir avec cela" assurant par ailleurs que les personnes présentes le soir dans ces maisons de quartier ne pratiquaient pas tous le jeûne.

Et d'ajouter: "On s’adapte aux habitudes des gens durant cette période. C’est comme si on décrétait qu’il ne devait rien se passer à Noël parce que c’est une fête religieuse". L'élu a d'ailleurs précisé que le personnel qui assure ces ouvertures tardives était composé d'agents municipaux volontaires qui étaient payés en heures supplémentaires.

Une médiation entre les deux parties a eu lieu ce mardi 5 à la préfecture. Michel Beylot a indiqué vouloir trouver un compromis, auquel cas il reviendra sur la suspension des aides.

 

La Caf de Dordogne suspend le versement des aides à deux centres sociaux de Bergerac.


Commentaires

-