Calais: la mairie soupçonne un squat de migrants dans un centre du Secours catholique et porte plainte

Calais: la mairie soupçonne un squat de migrants dans un centre du Secours catholique et porte plainte

Publié le :

Mercredi 08 Février 2017 - 16:03

Mise à jour :

Mercredi 08 Février 2017 - 16:10
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

La mairie de Calais a déposé une plainte contre X, soupçonnant qu'un squat de migrants se soit constitué sur un terrain municipal mis à la disposition du Secours catholique. Depuis le démantèlement de la "Jungle", aucun campement n'est autorisé dans la zone et les autorités cherchent à éviter une reconstitution du bidonville.

La mairie de Calais a porté plainte contre X pour "installation en réunion sur un terrain appartenant à autrui", en l’occurrence un terrain municipal, après la découverte d'un squat de migrants, a-t-on appris ce mercredi 8 auprès de la mairie.

"Des migrants séjournaient la nuit sous des modulaires (des préfabriqués, NDLR) appartenant à la ville de Calais, route de Saint-Omer, et mis à la disposition du Secours catholique", a dit à l'AFP Emmanuel Agius, premier-adjoint à la ville de Calais, confirmant une information de La Voix du Nord.

"Il y avait des sacs de couchage qui laissaient supposer qu'une habitation allait y être installée, et même si c'était de manière temporaire, depuis le démantèlement (de la "Jungle" à l'automne dernier, NDLR), il n'y a aucun campement qui est autorisé sur le Calaisis", a déclaré Faustine Maliar, directrice de cabinet adjointe de la maire de Calais, Natacha Bouchart (Les Républicains). La plainte a été déposée le 31 janvier au commissariat de Calais, selon la mairie.

"Toute personne entravant un lieu privé de manière illicite" peut faire l'objet d'une plainte, a ajouté M. Agius, précisant qu'il s'agissait "d'une procédure régulièrement employée en cas de soupçon de squat".

"Dans ces modulaires, le Secours catholique reçoivent les migrants pour leur délivrer des renseignements administratifs etc... mais l'association n'est pas autorisée à héberger des migrants dans ces modulaires", a indiqué M. Agius, précisant que les migrants n'occupaient plus mercredi le lieu.

Contacté par l'AFP, le Secours catholique n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter cette procédure.

Une antenne du Secours catholique est légalement installée sur le territoire de la mairie, mais il lui est interdit d'héberger des migrants.


Commentaires

-