Chambéry: un juge frappé par le père d'une prévenue en pleine audience

Chambéry: un juge frappé par le père d'une prévenue en pleine audience

Publié le 12/12/2018 à 20:28 - Mise à jour à 20:36
© Brendan Smialowski / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Ce mercredi, dans la matinée, un juge de la cour d'appel de Chambéry a été frappé par le père d'une prévenue qui ne s'est pas présentée. L'homme n'a pas supporté que lui soit refusé la possibilité de se présenter à la place de sa fille.

L'homme n'a pas supporté de ne pouvoir agir comme bon lui semblait et a frappé le magistrat: le président de la cour d'appel de Chambéry (département de la Savoie) a été giflé ce mercredi 12 dans la matinée lors d'une audience qu'il présidait. Son agresseur est le père d'une femme qui comparaissait et qui ne s'est pas présentée devant la justice.

Lors de l'audience d'appel à juge unique, ce n'est pas la prévenue mais son père, âge d'une cinquantaine d'années, qui s'est présenté à la barre. Il a expliqué qu'il voulait comparaître à la place de cette dernière, ce qui était impossible. Malgré les demandes répétées du juge pour que l'homme quitte les lieux, ce dernier n'a pas obtempéré et s'est énervé commençant, selon le témoignage du président de la cour, à l'insulter. Puis, l'homme s'est soudainement dirigé vers le magistrat pour aller le frapper avant de prendre la fuite selon Le Dauphiné libéré.

L'agresseur n'ira pas loin: il a été arrêté par les vigiles du palais de justice et immédiatement placé en garde à vue.

Voir aussi: Menottés, ils s'évadent en plein tribunal et le juge leur court après (vidéo)

Circonstance aggravante plutôt embarrassante, le père de famille est un récidiviste. En 2016, dans un tribunal d'Albertville –toujours en Savoie– le même individu avait déjà agressé une magistrate.

L'agression s'est produite devant deux témoins: l'avocate générale et la greffière. Il n'y avait par contre aucun policier présent à l'audience pouvant empêcher un quelconque débordement.

Lire aussi:

Menaces sur le juge d'instance au contact des plus fragilisés

Cantat: le juge à l'origine de sa libération dénonce "la dictature de l'émotion"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


L'homme a frappé le juge avant de s'enfuir et d'être arrêté.

Fil d'actualités Société