Clichy: l'ancien chef de cabinet de l'ex maire PS, Gilles Catoire, en détention provisoire dans une affaire de stupéfiants

Clichy: l'ancien chef de cabinet de l'ex maire PS, Gilles Catoire, en détention provisoire dans une affaire de stupéfiants

Publié le :

Mercredi 11 Octobre 2017 - 14:51

Mise à jour :

Mercredi 11 Octobre 2017 - 15:06
Medhi Boutara, ancien chef de cabinet de Gilles Catoire lorsqu’il était maire (PS) de Clichy-la-Garenne, est actuellement en détention provisoire. Il est soupçonné d'être impliqué dans un trafic de cocaïne.
©Francois Mori/AP/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le trafic aurait commencé au début de cette année. Le journal Le Parisien révèle ce mercredi 11 que l'ancien chef de cabinet de Gilles Catoire lorsqu’il était maire (PS) de Clichy-la-Garenne, Medhi Boutara, est en détention provisoire car fortement soupçonné d'être impliqué dans une affaire de trafic de stupéfiant, en l'occurrence de la cocaïne.

Le suspect a été convoqué le 3 octobre dernier par les enquêteurs du 1er district de la police judiciaire parisienne qui l'ont interrogé sur sa possible implication dans cette affaire de stupéfiants. Les explications de l'intéressé n'ont visiblement pas convaincu les policiers puisque celui-ci a été immédiatement placé en garde à vue. Selon le quotidien, un juge d'instruction l'a mis en examen jeudi 5 et a requis son placement en détention provisoire. Depuis, Medhi Boutara dort en prison.

De plus, Le Parisien révèle qu'il existe également "une affaire dans l'affaire". En effet, lors de la perquisition du domicile de Medhi Boutara par les forces de l'ordre, ces dernières découvert un tampon encreur portant l’effigie de la Marianne. Et visiblement, il ne s'agissait pas de n'importe lequel puisque ce serait "le tampon officiel du maire, vraisemblablement subtilisé avant que le nouvel édile, Rémi Muzeau (LR), ne prenne ses fonctions en 2015".

Informé de cette découverte en fin de semaine dernière, les services de la mairie de Clichy ont déposé plainte. L'enquête devra déterminer si ce tampon a été utilisé pour réaliser des faux et dans quelles circonstances il a été subtilisé au maire. 

Il y aurait une "affaire dans l'affaire" autour du vol d'un tampon officiel.


Commentaires

-