Crash A320 GermanWings: le suicide du pilote, les précédents

Crash A320 GermanWings: le suicide du pilote, les précédents

Publié le 26/03/2015 à 15:53 - Mise à jour le 27/03/2015 à 14:57
©Nguyen Huy Kham/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

S'il est désormais acquis que le copilote de l'A320 de GermanWings a intentionnellement crashé son avion dans les Alpes françaises, le motif de son geste reste encore à déterminer avec précision. Il se pourrait pourtant que ce soit un suicide. Un cas rare, mais qui n'est pas une première.

"Je n'ai pas utilisé le terme de suicide, car c'est un acte qui se fait normalement tout seul, pas avec 150 personnes derrière. Mais on peut légitimement se poser la question". Le copilote de l'A320 de la GermanWings Andreas Lubitz a volontairement crashé l'avion contre une montagne des Alpes françaises, mardi 24, selon le procureur de Marseille Brice Robin en charge de l'enquête. Un acte volontaire qui ne serait pas terroriste, selon les informations dont disposent à l'heure actuelle les enquêteurs. Ce serait donc probablement un suicide du copilote, un cas qui, s'il est rare, n'est pas une première dans l'historie de l'aviation moderne.

> Novembre 2013: un précédent étrangement similaire

Les rôles sont inversés, mais le mode opératoire similaire. Le 29 novembre 2013, le pilote du vol 470 LAM de la Mozambique Airlines attend que son copilote quitte la cabine pour s'y enfermer. Il précipite ensuite l'appareil au sol dans une région reculée de Namibie. Aucun des 27 passagers et 6 membres d'équipage ne survit.

> Octobre 1999: le plus meurtrier

"Je compte sur Dieu". Le 31 octobre 1999, Gamil el-Battouti, copilote du vol 990 d'EgyptAir, a lui aussi profité d'une courte absence de son commandant de bord pour précipiter son avion Boeing 767 dans l'océan Atlantique, 28 minutes seulement après son décollage de New York. Le crash tue 217 personnes. Là encore, la boîte noire a permis de retracer le fil des dernières minutes. Quelques secondes seulement après que l'avion eut entamé son piqué vers les flots, on entend un bruit de porte et le commandant crier, alors que l'alarme générale retentit: "que se passe-t-il? que se passe-t-il?". "Je compte sur Dieu", lui répond le copilote. Celui-ci a coupé les moteurs, l'avion s'écrase quelques secondes seulement après ces derniers mots.

> Décembre 1997: le commandant avait des problèmes financiers

Malgré des boîtes noires rendues inutilisables volontairement, a priori par le commandant selon les enquêteurs américains, les experts concluent à un suicide. Le commandant avait ainsi d'importantes dettes. Le 11 octobre 1997, le vol 185 SilkAir reliant Jakarta (Indonésie) à Singapour s'écrase en Indonésie avec 104 personnes à son bord.

> Août 1994: le premier répertorié

Younès Khayati, commandant d'un ATR-42 de la Royal Air Maroc, est le premier pilote répertorié à avoir crashé son avion de ligne intentionnellement pour se suicider. Le 21 août 1994, a priori à la suite de déceptions sentimentales, il commet l'irréparable dans les montagnes de l'Atlas, près d'Agadir, et fait 43 morts. "Mourir, mourir...", l'entend-on murmurer juste avant la catastrophe. Présente à ses côtés, sa copilote n'a rien pu faire: elle n'était pas assez forte pour s'opposer au commandant devenu fou.

 

 

Auteur(s): Pierre Plottu


PARTAGER CET ARTICLE :


L'histoire de l'aviation recense plusieurs cas de pilotes professionnels ayant crashé volontairement leur avion de ligne.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-