Deuil-la-Barre: l'ado ouvre la bouche à incendie, les parents doivent payer la (grosse) facture

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Deuil-la-Barre: l'ado ouvre la bouche à incendie, les parents doivent payer la (grosse) facture

Publié le 18/05/2018 à 20:10 - Mise à jour à 20:19
©Twitter
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

A Deuil-la-Barre dans le Val-d'Oise, les parents d'un adolescent qui a ouvert sans raison une borne à incendie ont reçu la facture du préjudice, adressée par la mairie. Et la note est plutôt salée.

L'adolescent a cédé au "street pooling", une pratique consistant à ouvrir les bouches à incendie, notamment en cas de fortes chaleurs. Le Parisien rapporte jeudi 17 le cas d'un garçon de 15 ans ayant volontairement ouvert une bouche à incendie dans la commune de Deuil-la-Barre dans le département du Val-d'Oise.

Les faits remontent au 8 mai, jour férié. Le jeune garçon a forcé la bouche ce qui a entraîné une expulsion brutale de l'eau à une hauteur de huit mètres.

L'adolescent a rapidement été repéré grâce aux caméras de vidéosurveillance installées sur la commune. Arrêté, il a été placé en garde à vue dans le cadre d'une procédure pour vol et dégradation. Devant l'évidence, il a reconnu les faits. Il a été relâché et ne sera pas poursuivi, mais ses parents devront régler la facture. Et elle est particulièrement lourde.

Lire aussi - Lille: quatre adolescents arrêtés après un incendie à l'Eurallille

La famille a eu la désagréable surprise de recevoir en effet une facture de 2.000 euros adressée par la mairie de Deuil-la-Barre pour couverture du préjudice. Interrogée par le journal, la mairie confirme qu'il s'agit bien du montant de ce qui a été gaspillée par le jeune homme. Soit, concrètement, 45 mètres cubes d'eau projetés hors de la borne, mais aussi les dommages causés à la borne ainsi que le coût de l'intervention des services techniques pour que les choses rentrent dans l'ordre.

Les communes de la région parisienne font face à la multiplication de ce type d'incivilités en cas de températures estivales. Lors de l'été 2017, la ville d'Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) avait frappé fort en infligeant des amendes de 9.000 euros à trois personnes ayant cédé à la tentation du "street pooling".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


L'adolescent a ouvert la bouche à incendie (illustration).

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-