Enfant poignardé à l'école primaire sur fond de racket: Vénissieux sous le choc

Gamins de 10 et 12 ans

Enfant poignardé à l'école primaire sur fond de racket: Vénissieux sous le choc

Publié le :

Jeudi 16 Juin 2016 - 10:59

Mise à jour :

Jeudi 16 Juin 2016 - 11:02
Enfants, parents et habitants de Vénissieux sont sous le choc après qu'un petit garçon ait poignardé un de ses camarades, mercredi dans une école primaire de la ville. "Franchement ça fait peur", dit une mère de famille.
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

A l'âge où l'on joue encore aux billes, eux ont été témoins de coups de couteaux entre enfants. Un élève de 10 ans a poignardé un de ses camarades, de deux ans son aîné, mercredi 15 dans une école primaire de Vénissieux, tout près de Lyon. Si les jours du petit garçon blessé, qui rackettait le plus jeune, ne sont pas en danger, élèves, parents et élus se disent très choqués.

"Franchement ça fait peur", confie une mère de famille de l'école Anatole-France, où s'est joué le fait divers, à Europe 1. Selon elle, ce sont tous les parents qui sont sous le choc devant la violence des faits. Tout comme les enfants, dont deux petits ayant assisté aux faits racontent. "J'ai vu le couteau planté", dit l'un, et l'autre d'ajouter: "c'est Leonardo. Il a dit à mon pote +c'est Jonathan qui a fait ça+, et il pleurait".

La maire de la ville Michèle Picard se félicite pour sa part de la rapidité avec laquelle une cellule psychologique a été mise en place dans l'école. Un bon moyen "pour aider tous ceux qui en exprimeront le besoin", dit l'élue PCF citée par Le Progrès. Mais qui ne doit pas faire oublier "l’état de notre société, son délitement, ses manques de repères qui conduisent à la violence".

Alors qu'il semble que le racket dont aurait été victime le petit qui a finit par se retourner contre son agresseur et devenir lui-même violent durait depuis des jours, voire des semaines, Michèle Picard appelle à ce que "tous les acteurs de la société (Education nationale, parents, institutions, animateurs …) se mobilise(nt) contre cette violence qui touche nos enfants et les met en danger". Puis d'ajouter: "nous devons protéger notre jeunesse, sortir des tabous, des silences, briser l’omerta, et permettre aux enfants d’alerter, de se confier. (...) Ce drame doit être un électrochoc pour la société toute entière".

Les faits se sont déroulés vers 8h30 à l'entrée du groupe scolaire Anatole-France de Vénissieux. "Les fonctionnaires de police ont retrouvé la victime blessée dans l'enceinte de établissement" où elle avait été transportée, selon une source proche de l'affaire. "Plusieurs coups" ont été portés avec ce couteau au racketteur présumé qui a été hospitalisé. L'auteur des coups a pour sa part été entendu à la Brigade de protection des familles à Lyon. Agé de moins de 13 ans, il a été placé en retenue judiciaire et non en garde à vue. Il doit être présenté ce jeudi à un juge pour "tentative d'assassinat", son geste étant considéré comme prémédité. L'autre enfant doit être poursuivi pour extorsion de fond.

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

Ce drame révèle "l’état de notre société, son délitement, ses manques de repères qui conduisent à la violence", selon la maire de Vénissieux.

Commentaires

-