Enlèvement de Mounia Haddad: prison ferme requise contre le père et les oncles

Enlèvement de Mounia Haddad: prison ferme requise contre le père et les oncles

Publié le 28/09/2018 à 13:44 - Mise à jour à 14:02
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Des peines allant jusqu'à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis ont été requises jeudi à Tours contre les oncles et le père de Mounia Haddad. Cette élue LREM aurait été enlevée et séquestrée par sa famille qui s'opposait à son choix d'époux.

Le verdict devrait être connu le 8 novembre prochain. Le parquet a requis contre le père et les oncles de Mounia Haddad, élue LREM qui les accuse d'enlèvement et de séquestration, des peines allant de deux à trois ans de prison, dont 12 à 18 mois ferme, jeudi 27 devant le tribunal correctionnel de Tours.

La jeune femme aurait été piégée par sa famille qui s'opposait à son mariage. Les témoignages ont dressé le portrait d'un clan "du Moyen Age", selon les mots du procureur. L'enlèvement n'aurait en effet été que l'épilogue d'une suite d'actes visant à imposer à la conseillère départementale les choix de sa famille.

Test de virginité, obligation de donner procuration à son père sur une partie des ses finances et même une tentative de mariage forcé en Algérie alors que la jeune femme leur avait déjà parlé de ses projets d'en épouser un autre. Un parti visiblement pas du goût de sa famille.

Voir: Mounia Haddad, élue LREM, séquestrée par sa famille pour un mariage arrangé

La jeune femme explique avoir été enlevée le 18 juillet dernier par son père et ses deux oncles dans les Alpes-Maritimes, où les fiancés espéraient fuir cette situation. Agrippée par le bras et installée de force dans une voiture, elle aurait été reconduite au domicile parental de Saint-Pierre-des-Corps.

La police est intervenue le lendemain alors qu'une bagarre avait éclaté entre la famille de Mounia Haddad et celle de son compagnon. La jeune femme s'est alors placée sous la protection des forces de l'ordre. Le père de la victime, ses deux oncles et son frère ont été interpellés et placés en garde à vue.

Malgré le témoignage de Mounia Haddad et des SMS menaçants et insultants, le père a maintenu à la barre n'avoir jamais menacé sa fille et l'avoir toujours laissée libre de ses choix. Les oncles confirment. Leurs actes n'avaient selon eux pour but que de protéger Mounia Haddad d'un homme qu'ils soupçonnent d'être violent voire de la "radicaliser".

Le procureur a également requis 10 à 12 mois de prison avec sursis contre le frère pour des menaces de mort envoyées par SMS à sa sœur.

L'avocat de la défense a de son côté dit que la parole de la jeune femme n'avait pas force de preuve absolue, et dénoncé l'aspect médiatique du dossier.

Lire aussi:

Des écoliers britanniques armés d'une cuillère contre les mariages forcés

Enlevée à 15 ans, mariée de force et esclave sexuelle pendant 12 ans

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Le père de Mounia Haddad a assuré n'avoir jamais menacé sa fille.

Fil d'actualités Société