Essonne: ils filment leur viol et le diffusent sur les réseaux sociaux

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 04 janvier 2016 - 10:29
Image
Un gendarme enquête.
Crédits
©Jeff Pachoud/AFP
La vidéo a été diffusée sur Snapchat, puis Facebook et d'autres réseaux sociaux.
©Jeff Pachoud/AFP
Une enquête a été ouverte après que la vidéo du viol d'une jeune femme par deux individus ait été diffusée sur de nombreux réseaux sociaux, dimanche dans l'Essonne. L'identification des agresseurs devrait être rapide, puisqu'ils auraient utilisé leurs propres comptes Facebook, notamment.

Non contents d'avoir violé une jeune femme, ils ont tenu à s'en vanter. Le parquet d'Evry (Essonne) a ouvert dimanche 3 une enquête après qu'une vidéo de viol ait circulé sur Internet et les réseaux sociaux, Facebook et Snapchat principalement, révèle ce lundi matin France Info. Si le visage des agresseurs, qui s'en sont pris à une victime visiblement en position de faiblesse, est soigneusement dissimulé, ils devraient toutefois être aisément identifiés.

Les images sont très dures: deux individus, plutôt jeunes, s'en prendre à une jeune femme groggy, peut-être droguée ou sous l'emprise de l'alcool, et lui faire subir des "actes dégradants", relate la radio. La victime se débat, signe de l'absence de consentement, et donc du viol. A aucun moment n'apparaît le visage des agresseurs, mais l'un d'eux se vante de s'être fait retirer un bracelet électronique deux mois auparavant.

Ce sont des internautes choqués qui ont alertés les autorités, qui ont immédiatement décidé de l'ouverture d'une enquête. La vidéo a été diffusée dans un premier temps sur l'application de partage de contenu Snapchat, puis relayée sur des comptes Facebook et Twitter.

Selon la Sûreté départementale de l'Essonne, l'un des comptes Facebook concernés pourraient appartenir aux violeurs, et donc permettre de les identifier. En effet, même ouvert sous un alias ces comptes regorgent d'informations et de photos qui devraient permettre aux enquêteurs de retrouver les coupables. Surtout que l'un d'eux s'y réjouit de s'être fait retirer le 10 novembre son bracelet électronique, une mesure d'aménagement de peine qui peut être décidé par la justice comme alternative à la prison. Et ce délinquant visiblement adepte de la vidéo de poster la preuve en image de ses dires. Du pain bénit pour la police.

 

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.