Gard: le loup traqué près de Nîmes a été abattu

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 28 mai 2019 - 09:55
Image
Une traque lancée aux portes de Nîmes contre un loup solitaire
Crédits
© Julian Stratenschulte / dpa/AFP/Archives
Un loup qui rodait près de Nîmes (Gard) a été abattu dans la nuit du 25 au 26 mai.
© Julian Stratenschulte / dpa/AFP/Archives

La préfecture du Gard a annoncé que le loup traqué aux portes de Nîmes depuis le 22 mai avait été abattu dans la nuit du 25 au 26 mai. Il s'agissait d'un tir autorisé, et destiné à protéger un troupeau de moutons.

Un loup mâle, isolé, aperçu à plusieurs reprises aux portes de Nîmes (Gard) depuis mai 2017, a été abattu dans la nuit du 25 au 26 mai par un lieutenant de louveterie bénévole, mandaté par la préfecture pour le tuer. Une traque avait été lancée le 22 mai.

Le tir était autorisé par arrêté préfectoral et destiné à protéger un troupeau de moutons.

Depuis la période où il a été aperçu pour la première fois, au printemps 2017, de nombreux dommages ont été causés (360 bêtes tuées) et une dizaine d'éleveurs ont bénéficié d'une aide de l'Etat l'an dernier pour protéger leurs troupeaux.

Un "Plan Loup" a aussi été mis en place, permettant notamment d'indemniser à hauteur de 100.000 euros les éleveurs qui ont perdu le plus de bêtes.

Lire aussi: davantage de loups pourront être abattus, promet Macron

Une autopsie du loup abattu sera prochainement pratiquée pour déterminer son origine génétique.

Cet événement survient alors que le Groupe national Loup doit se réunir ce mardi 28 mai à Lyon pour annoncer le nouveau chiffre concernant la progression de la population de loups en France.

Selon l'information rapportée par Le Parisien, le seuil des 500 spécimens a été dépassé. Un seuil que les experts ne s'imaginaient pas voir franchir avant 2023.

Voir aussi:

Le nouveau plan loup s'attire des critiques des pro et anti-loups

Le plan loup confirme un plafond d'abattage de 40 loups en 2018

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.