Guyane: deux gendarmes et deux militaires blessés lors d'un choc de pirogues

Guyane: deux gendarmes et deux militaires blessés lors d'un choc de pirogues

Publié le 13/06/2019 à 15:32 - Mise à jour à 15:40
© jody amiet / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Deux militaires et deux gendarmes en mission contre l'orpaillage clandestin ont été blessés alors que leur pirogue a été percutée par une autre embarcation dimanche 9 en Guyane. Il pourrait s'agir d'un abordage volontaire.

Ils luttaient contre l'orpaillage illégal en Guyane. Deux gendarmes mobiles et deux militaires du bataillon des chasseurs alpins de Chambéry ont été blessés lors d’une collision de leur pirogue avec une autre embarcation à Maripasoula, au sud-ouest du territoire guyanais dimanche soir. Un troisième soldat qui se trouvait avec eux n'a pas été touché et a pu prévenir les secours.

La "violente collision" s'est produite "aux alentours de 21h40 (dimanche à 2h40 à Paris)" avec "une pirogue non identifiée qui a pris la fuite après le choc", a indiqué mercredi 12 Samuel Finielz, le procureur de la République de Cayenne. Le magistrat a fait savoir qu'il pourrait s'agir d'un abordage volonaitre de la part d'une embarcation d'orpailleurs présumés et pas d'un simple accident. "Un certain nombre d’éléments laissent à penser que cet abordage résulte d’un manœuvre volontaire du pilote de la pirogue qui a pris la fuite", explique le communiqué du procureur.

Lire aussi – Lutte contre l'orpaillage illégal en Guyane: 500 uniformes chaque jour dans la jungle

Selon la chaîne Guyane 1ere, les quatre militaires blessés ont été hospitalisés. Les deux gendarmes seraient sortis de l'hôpital mais les deux chasseurs alpins auraient dû être évacués vers la métropole. Leurs jours ne sont pas en dangers.

La section de recherches de la gendarmerie de Cayenne a été saisie de l’enquête ouverte pour "violences avec arme par destination ayant entraîné une ITT (incapacité totale de travail) supérieure à 8 jours sur personne dépositaire de l’autorité publique" et "non-assistance à personne en danger". 

Les cinq militaires étaient en "patrouille Harpie" luttant contre l'orpaillage (l'exploitation de l'or) clandestin dans le pays. La mission des forces armées françaises "Harpie" existe depuis 2008 en Guyane.

En 2018, 1.323 patrouilles, soit en moyenne onze par jour, ont permis la découverte et la destruction de 765 sites clandestins et la saisie de 26 millions d'euros de matériel et d'avoirs criminels. Quelques 193 pirogues, plus de deux cents armes, 110 quads et 547 groupes électrogènes ont été confisqués ou détruits.

Voir:

L'orpaillage clandestin, des "trous dans la forêt"

La Guyane veut lutter contre l'orpaillage illégal

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Deux militaires et deux gendarmes en mission contre l'orpaillage clandestin ont été blessés dimanche en Guyane.

Fil d'actualités Société