Il diffuse des photos intimes de son ex sur le Web: un an de prison

Il diffuse des photos intimes de son ex sur le Web: un an de prison

Publié le :

Mercredi 09 Septembre 2015 - 13:02

Mise à jour :

Mercredi 09 Septembre 2015 - 15:01
A Metz, un homme vient d'être condamné à 10.000 euros de dommages et intérêts ainsi qu’à une peine d'emprisonnement d'un an ferme pour avoir diffusé des photos intimes de son ex-femme sur Internet, l'avoir inscrite à son insu sur des sites de rencontres libertins et échangistes, et l'avoir harcelée.
©Heinrich-Böll-Stiftung/Flickr
PARTAGER :
-A +A

Cette mère de famille "vit un calvaire depuis plus de deux ans", assure son avocate. Plus de deux ans au cours desquels son ex-mari, prêt à tout pour ternir sa réputation, a diffusé des photos intimes d’elle sur Internet et l’a inscrite à son insu sur des sites de rencontres libertins et échangistes. Après avoir écopé de sursis l'an dernier pour des faits similaires, l’homme vient d’être condamné par le tribunal correctionnel de Metz (Lorraine) à 10.000 euros de dommages et intérêts ainsi qu’à une peine d'emprisonnement d'un an ferme pour les faits de diffusion d'images portant atteinte à l'intimité d'une personne et de harcèlement. Le prévenu n'ayant pas asssité à son procès, le tribunal a également émis un mandat d'arrêt à son encontre. Il a en revanche été relaxé pour des faits de menaces de mort envers son épouse pour lesquels il était également poursuivi. 

Tout a commencé en 2012: cette année-là, le couple se sépare et le prévenu perd son emploi. Alors qu'ils vivaient à Metz, "son ex-compagne a quitté le domicile conjugal avec ses enfants, s’est installée à plus de 500 kilomètres de ce domicile (elle vit actuellement dans la Creuse chez ses parents, NDLR) et malheureusement il n’a plus eu de nouvelles depuis cette date", explique Mehdi Adjemi, l’avocat du prévenu.

Dévasté, l’homme décide de se venger de son ex-femme, professeur d'allemand dans un lycée, en l’attaquant sur Internet. Il commence alors à publier des photos intimes d’elles sur "divers sites internet, blogs et réseaux sociaux", selon Me Marie Klein-Desserre, avocate de la victime, et l’inscrit à son insu sur une quinzaine de sites libertins et échangistes. Prêt à tout pour lui nuire, il va même jusqu’à donner son adresse et son numéro de téléphone à des inconnus pour des rendez-vous coquins. Conséquence: la plaignante aurait reçu de nombreux coups de téléphone et des visites d’hommes pensant avoir rendez-vous avec elle. Ainsi, elle "est devenue très connue dans le milieu du X et du libertinage", explique son avocate, citée par Le Figaro.  

Non content de ruiner sa vie privée, l’ex-mari décide ensuite de s’en prendre à sa vie professionnelle en postant des photos suggestives d’elle accompagnées de commentaires équivoques sur la page Facebook du lycée dans lequel elle enseigne. La plaignante doit alors s’en expliquer auprès du proviseur et de parents d’élèves. "Elle a perdu toute sa dignité, toute sa réputation professionnelle", poursuit son avocate, citée par BFM.

Outre ces humiliations internet, le prévenu harcèle également son ex-femme, lui adressant des lettres de menaces de mort et de viol. Condamné en 2014 à une peine de douze mois de prison avec sursis assortie d'une mise à l'épreuve et 5.000 euros de dommages et intérêts, il ne s'arrête pas pour autant. Il va même lui rendre visite alors que le jugement le lui interdit. Le juge d'application des peines révoque alors son sursis. Incarcéré, il continue à adresser des lettres à sa victime dans lesquelles s'en prend également à leurs enfants. Dernièrement, il aurait ainsi menacé de violer leurs deux filles et d’égorger leur fils.

"Il est introuvable depuis sa sortie de détention" , explique Me Marie Klein-Desserre, avant de conclure, au sujet de la victime: "c’est une femme brisée, c’est une famille brisée puisqu’elle vit au domicile de ses parents avec ses trois enfants. C’est toute une famille impactée par ça".

"Il a littéralement pété les plombs", concède l'avocat de l'accusé, expliquant que son client, dévasté de ne plus pouvoir voir ses enfants, avait utilisé ce "procédé maladroit et dommageable pour attirer l'attention de son ex-épouse".

 

 

Pendant plus de deux ans, l'homme a terni la réputation de son ex-femme sur le Web.


Commentaires

-