Ivre, il lance son chien contre les pompiers et policiers, obligés de le "taser"

Ivre, il lance son chien contre les pompiers et policiers, obligés de le "taser"

Publié le :

Jeudi 08 Mars 2018 - 07:13

Mise à jour :

Jeudi 08 Mars 2018 - 07:20
©Flickr/Creative Commons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un homme en état d'ébriété a ordonné à son chien malinois d'attaquer des pompiers, la victime qu'ils étaient en train de secourir et les policiers appelés en renfort, mercredi à Paris. Quatre personnes auraient été mordues. L'agresseur a été interpellé et le chien mis en fuite.

Deux policiers, un pompier et un civil ont été blessés dans la nuit de mardi 6 à mercredi 7 à Paris par un chien malinois, lancé sur eux par son propriétaire ivre. L'homme a pu être arrêté et les policiers ont dû recourir à la force pour se protéger de l'animal.

Les faits révélés par Le Parisien ont eu lieu vers 3h du matin, dans le 10e arrondissement de la capitale. Les pompiers avaient été dépêchés sur place pour prendre en charge un individu qui venait de faire une chute de scooter.

C'est alors que deux individus manifestement ivres accompagnés d'un malinois et d'un jeune husky sont arrivés et leur ont hurlé dessus en polonais selon le quotidien. Les forces de l'ordre ont été appelés.

Lire aussi: Mon chien a mordu, que dit la loi?

Mais le propriétaire du malinois aurait ordonné à son chien, visiblement dressé pour, d'attaquer. L'animal aurait mordu un pompier, deux policiers ainsi que la victime de l'accident. Les policiers ont dû demander des renforts et l'intervention d'une brigade cynophile. Ils ont été contraint de tirer sur le malinois avec un pistolet à impulsion électrique pour éviter une nouvelle attaque. L'animal a pris la fuite, le chiot husky a été emmené.

Le propriétaire a été interpellé et placé en cellule de dégrisement avant une mise en examen pour violence volontaire avec arme par destination et par auteur ivre. Deux circonstances aggravantes qui font que la peine encourue est de cinq à sept ans d'emprisonnement selon la durée de l'incapacité temporaire de travail des victimes. Le fait que des policiers et un sapeur-pompier fassent parti des blessés peut constituer une troisième circonstance aggravante et porter ces peines encourues à sept à dix ans de prison.

L'homme ivre aurait ordonné à son chien d'attaquer les pompiers et les policiers (illustration).

Commentaires

-