Jeune femme égorgée à Sarcelles à Halloween: c'était une "fake news"

Jeune femme égorgée à Sarcelles à Halloween: c'était une "fake news"

Publié le :

Vendredi 02 Novembre 2018 - 14:55

Mise à jour :

Vendredi 02 Novembre 2018 - 14:56
© Philippe HUGUEN / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le 31 octobre au soir, un compte Tweeter publie une information qui devient virale sur le meurtre par égorgement d'une femme à Sarcelles dans le cadre d'un appel au meurtre généralisé (une "purge"). La nouvelle était fausse et même farfelue, l'adresse avancée de ce fait imaginaire n’existant pas.

C'est une information publiée sur un compte Twitter suivi par environ 2.000 abonnés qui a ému sur les réseaux sociaux avant d'être détricotée dans la soirée pour finir par apparaître sous son vrai jour: celle d'une fausse information sans aucun fondement.

Mercredi 31 vers 23h, le compte @AlertesInfos annonce qu'une femme a été égorgée à Sarcelles, dans le département du Val-d'Oise en marge des violences urbaines qui seraient liées à un appel à une "purge" lancée par un adolescent de 16 ans pour Halloween. Ce dernier élément est basé sur un fait divers véridique: un homme de 20 ans a été arrêté à Lyon ans après avoir lancé une plaisanterie douteuse devenue virale appelant à une "purge" (soit des actes de violence gratuits) sur Snapchat. Le message est partagé près de 5.000 fois.

L'Agence France Presse –qui propose sur le blog AFP Factual un retour sur cette fausse info– contacte alors la police qui dément l'information. La nuit à Sarcelles a d'ailleurs été "plus calme que les années précédentes" pour une nuit d'Halloween.

Voir aussi - "Purge" contre les policiers: "une mobilisation renforcée" pour Halloween annonce Castaner

Le compte Twitter finit par se contredire lui-même en affirmant que l'homicide a eu lieu au 40 de la rue Marius Delpech, une adresse qui n'existe pas (il y a bien une rue Delpech, mais qui n'a que des numéros impair). Il explique aussi que son information est peut-être "erronée" car basée sur des "témoignages" alors que l'auteur assurait dans un premiers temps être sa propre source.

Une simple vérification a donc permis de démonter cette fausse information qui, entre temps, a fait son chemin: 48 heures après son émission, des Internautes, certes de moins en moins nombreux, continuent d'affirmer que le meurtre atroce a bien eu lieu.

Lire aussi:

Appels à "la purge" partout en France le soir d'Halloween: la police en alerte

Besançon: une réfugiée afghane égorgée en pleine rue, elle se sentait "menacée"

Aucune femme n'a été égorgée à Sarcelles dans le cadre d'un appel à une "purge".

Commentaires

-