Lou Pearlman, le producteur des Backstreet Boys et de NSYNC est mort en prison

Lou Pearlman, le producteur des Backstreet Boys et de NSYNC est mort en prison

Publié le :

Lundi 22 Août 2016 - 07:47

Mise à jour :

Lundi 22 Août 2016 - 07:55
©Capture d'écran Youtube
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le producteur Lou Pearlman est mort en prison, où il purgeait une peine pour escroquerie. Il avait connu son moment de gloire en pleine période des "boys band" dans les années 1990.

Lou Pearlman, le sulfureux producteurs des Backstreet Boys, est décédé le vendredi 19 août à l’âge de 62 ans, dans une prison américaine où il purgeait une peine de 25 ans de prison pour escroquerie.

L’homme, reconnaissable à son embonpoint particulièrement marqué, avait réussi une belle carrière de producteurs dans les années 1990 surfant sur la vague des "boys band", inspiré notamment par les précurseurs des New Kids on the Block. Deux groupes feront notamment sa notoriété: tout d’abord, les Backstreet Boys, groupe fondé en 1993, qui battront le record du "boys band" le plus populaire de tous les temps en écoulant pas moins de 130 millions d’album. Après une brève séparation en 2002, le groupe s’est reformé en 2005 et existe toujours aujourd’hui malgré un succès moindre.

Autre jacpot pour Lou Pearlman, les NSYNC, au fonctionnement assez similaire, et qui a existé de 1995 à 2002. Le groupe, qui a vendu 55 millions d’albums tout de même, est resté célèbre pour avoir accueilli en son sein Justin Timberlake.

Mais après les années dorées, Lou Pearlman a touché le fond. Au cours des années 2000, il monte une escroquerie basée sur une pyramide de Ponzi, le même système qu’utilisera Bernard Madoff: Pearlman proposait en effet à des banques et des particuliers d’investir dans des entreprises du secteur aérien contre retour sur investissement. Les sociétés en question étaient fictives, et Pearlman détournait les fonds à son seul profit. Ce qui le conduira à sa condamnation en 2008.

Justin Timberlake a rendu un hommage ambiguë à son ancien producteur, avec lequel le groupe NSYNC a notamment été en procès, en déclarant sur Twitter "J'espère qu’il a trouvé une certaine forme de paix".

 

Lou Pearlman, au sommet de sa gloire dans les années 1990.


Commentaires

-