Mexique: trois Italiens vendus par des policiers à un cartel

Mexique: trois Italiens vendus par des policiers à un cartel

Publié le :

Lundi 26 Février 2018 - 12:43

Mise à jour :

Lundi 26 Février 2018 - 12:49
© STR / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Quatre policiers mexicains ont été arrêtés pour "disparition forcée de personnes", après avoir vraisemblablement vendu trois Italiens à un cartel de drogues pour une poignée d'euros. Les autorités locales ont annoncé samedi que les suspects avaient avoué les faits.

Suite à la disparition suspecte de trois Italiens le 31 janvier dans l'Etat de Jalisco au Mexique, les autorités ont lancé une enquête et viennent de découvrir que trois policiers mexicains ont livré ces trois individus -au Mexique pour affaire- à un cartel sévissant dans le secteur de Tecalitlan, dans l'ouest du pays (au sud de Guadalajara).

Francesco Russo, fils de l'un des disparus, avait alerté l'Etat de la disparition inquiétante de son père, son frère et son cousin, qui étaient selon lui au Mexique pour vendre des générateurs électriques.

Selon lui, les trois policiers auraient vendu les membres de sa famille à des membres d'un réseau de crime organisé "pour 43 euros de merde": "C'est une honte. Ce sont eux les criminels", a-t-il ajouté, assurant que son père, son frère et son cousin n'avaient rien avoir avec le cartel de Tecalitlan.

Lire aussi: Au Mexique, des prêtres contraints de côtoyer le crime organisé

Raul Sanchez, procureur de l'Etat de Jalisco, a annoncé samedi 24 que les quatre policiers -accusés de "disparition forcée de personnes"- avaient avoué "avoir livré les victimes à des membres du crime organisé de Tecalitlan", commune où ils étaient en poste.

Le père de Francesco Russo est âgé de 60 ans. Son frère en a 25 et son cousin 29. Le porte-parole de la famille Russo, Gino Bergamè, a demandé au gouvernement italien "de se bouger" pour prendre des nouvelles de ses ressortissants: "Nous espérons qu'ils sont encore en vie"

Quatre policiers mexicains ont été récemment arrêtés. Ils sont soupçonnés de "disparition forcée de personnes".

Commentaires

-